Les membres à l'honneur

Dmitri ROMANOV


Bella SWAN CULLEN
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Never thought I’ll find you here - Maxine & Malaika -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Never thought I’ll find you here - Maxine & Malaika -   Dim 3 Mai - 14:16

Never thought I’ll find you here.

Max & Ika


« To me, you’ll always be the same. »
Seattle. Malheureusement, je n’y suis pas venue pour m’y prélasser, faire les boutiques et encore moins aller au cinéma. Ces derniers temps, j’ai quelque peu perdu la notion de prendre du temps pour soi, prendre soin de soi, se détendre et se distraire. Mon temps, je l’accorde entièrement à Macéo. Tant qu’il va mieux, qu’il s’améliore dans son régime et dans sa nouvelle nature, alors tout me va. Et grâce aux Cullen, c’était un peu plus le cas. Mais je reste inquiète… Cela ne fait qu’un an qu’on est à Forks… Qu’un an qu’Edward a fait le choix de nous aider, d’aider Macéo. Facile à dire, mais pas facile de devenir végétarien du jour au lendemain. Il avait galéré, s’était emporté plus d’une fois, contre Edward, contre Josh, contre moi et même contre lui-même… Et ça me brisait le cœur, ça me faisait de la peine de le voir dans un tel état et de ne pouvoir l’aider, me contentant de m’opposer à lui pour l’empêcher de sauter  la gorge du moindre passant… Il galère et je suis avec lui dans cette galère. On s’en sortira, ensemble.

Mais ce soir, je n’étais pas à Seattle pour lui. Depuis peu de temps, je me remets aux chasses. Pourquoi ? Afin que notre taré de paternel ne soit pas attiré par la chasse aux alentours de Forks. Il ne faut pas qu’il nous retrouve, qu’il le retrouve. Sinon, je craignais fortement que l’affrontement soit rude. Je ne voulais pas plus attiser la colère noire de mon père. Il a beau être dur, froid, tordu et particulier, il reste mon père. Et au fond de moi, je l’aime ce père. Pour ces moments partagés, ce qu’il m’a appris, ce qu’il a fait de moi, ces rares sourires, ces conseils. Je ne me vois pas le haïr. Sauf s’il fait le moindre mal à mon jumeau. Alors je serais détruite. Alors je ne serais plus Malaika…

Seattle. Des morts étranges. Des gens vidés de leur sang et laissés à même les rues, leur corps pourrissant dans la crasse et les égoûts. Je ne pouvais le permettre. Alors j’avais quitté Forks en journée. Je n’avais rien dit à Josh. Il n’était pas friand de me voir chasser seule, il avait toujours peur pour moi et je n’aimais pas qu’il me sous-estime. Ça m’énervait. Alors, j’avais simplement dit que je passais la soirée avec une amie, que je serais de retour le lendemain après-midi et voilà. Je comptais bien tenir parole et espérais ne pas revenir trop abîmée…

Je m’étais garée à proximité des docks. La nuit enveloppait la ville de son manteau sombre, mais la lune était là, même si la pollution de l’endroit occultait ses rayons… Je sortais de ma voiture, pas un bruit, le boucan du centre se faisait lointain, je pouvais donc me préparer tranquillement et ouvrais le coffre de ma voiture, ouvrant notamment mon sac de voyage qui n’avait pas attisé la curiosité de Josh, fort heureusement… Dedans se trouvaient mes armes, de quoi affronter la menace qui pèse sur la cité. J’ôtais ma veste en cuir marron et enfilais le harnais de cuir afin d’y caller un flingue, des munitions, une petite gourde à essence, un Zippo et un poignard. Une fois parée, je remis ma veste pour dissimuler mes armes. Ainsi, je serais moins remarquée par les gens errant à cette heure tardive dans les rues.
Le vampire chassait toujours dans ce coin plus pauvre de la ville, il avait un schéma pour ses attaques et laissait toujours deux nuits s’écouler avant de chasser de nouveau le troisième soir. Ses proies étaient des jeunes comme des vieux, des femmes comme des hommes, tant qu’ils avaient du sang c’était tout ce qu’il l’importait. Mais ce soir, je comptais bien l’arrêter. Heureusement, nous étions le troisième soir, j’allais donc lui rendre une petite visite avant qu’il ne se mette à table. Pour ça, il fallait que nos routes se croisent…

J’errais dans les rues, ne prêtant pas attention aux plaintes des clochards et aux appels des ivrognes. J’étais aux aguets. Puis, un cri m’alerta. Un cri effrayé qui me fit commencer ma course, courant bien plus vite qu’un humain sans me préoccuper de leurs regards étonnés, après tout ils étaient tous plus ou moins imbibés ou shootés… Je rejoins une ruelle et une jeune femme me rentra dedans de plein fouet. Elle était effrayée, pâle et haletante : « Il est fou ! C’est un monstre ! » Hurlait-elle avant de me pousser de son chemin pour fuir de nouveau. Mais je ne la suivais pas. Si elle tenait debout, alors elle n’avait pas été mordue et n’étais pas sujette au venin du vampire. Bon point.
Je fixais la ruelle sombre, décelant la forme du prédateur, l’entendant grogner en me voyant : «  Mon repas… Tu as laissé filer mon repas… Tu vas prendre à sa place petite garce ! » Il s’élança et j’en fis de même. Il tenta d’attraper ma gorge mais ma lame fila sectionnant son poignet, reculant sa main, le faisant râler de plus belle : « Je crois pas non. » M’amusais-je à ajouter avant de lui déposer mon pied sur son torse pour l’éloigner de moi. J’étais en position d’attaque, surveillant le moindre de ses gestes, nous jaugeant l’un l’autre. « Une chasseuse… On va d’autant plus jouer… » dit-il dans un rire avant de m’attaquer de nouveau.

Je le contrais de nouveau, mais sa colère semblait d’autant plus intense à chaque fois. Le rouge de son iris plus vif. Ses coups plus violents. Sa rage plus forte… Je reçus plusieurs coups et sentis alors que j’aurais dû chasser un peu plus pendant ces derniers temps… Je pestais contre moi-même lorsqu’il parvint à me faire lâcher prise sur ma lame. J’allais pour attraper mon flingue mais il retint mon poignet. Je lui flanquais un coup de boule qui le déstabilisa un instant mais il revint à la charge pour me plaquer dos au mur, fier de lui : « On fait moins la maline de suite ma jolie… » Susurrait-il à mon oreille, me contemplant : « J’aurais presque envie de continuer de danser avec toi… » Mais il disparut d’un coup de mon champ de vision. Comme emporté dans une bourrasque. Je serrais ma prise sur mon flingue pour voir une nouvelle silhouette. Dans une de ses mains, elle tenait le vampire par l’épaule, dans l’autre elle tenait son crâne. Elle me dévisageait et j’en faisais de même ne croyant pas la personne que je reconnaissais en ses traits : « M…Max ?! » J’étais interloquée et baissais mon arme. « C’est bien toi ?! » Je m’approchais pour mieux la voir et la reconnaissais en effet, mourant d’envie de l’enlacer tant elle m’avait manqué mais m’en empêchant. Primo vu ce qu’elle avait dans ses mains ça refroidissait. Deuxio, son iris assoiffé de sang me déstabilisait même si j’avais entendu parler de sa mésaventure. Tercio, je ne savais trop si elle accepterait… Qui sait…

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Never thought I’ll find you here - Maxine & Malaika -   Ven 8 Mai - 0:50


Never thought I’ll find you here.
❝ I won't hurt you. ❞

Malaika Neven De Luca Jeune fille au passé torturé et complexe. Humaine à première vue et pourtant tellement plus. Une chasseuse qui reprend les affaires. Agile, futée et débrouillarde, elle se fit du danger et ne semble pas connaître la peur. Mais est-ce réellement ce qu'elle est ? Ou n'est-ce qu'une image dédiée à cacher la personne qu'elle est réellement...

Contexte • Dans les rues de Seattle, des cris étouffés résonnent contre les murs de pierre salis. Une nouvelle victime, laissée à même le sol, baignant dans les flaques et la saleté des docks. Son regard vitreux fixe le ciel pollué de Seattle. À sa gorge, une plaie béante laisse écouler quelques gouttes de sang, les rares restantes dans le corps de la pauvre victime. On hurle au massacre. On accuse une bête féroce. On n'ose imaginer que cela peut être le fait d'un humain. Qui peut se montrer si barbare ? On oublie les légendes, les enfouissant dans nos pensées, cherchant de la logique, du réel. Quoi de mieux pour permettre au véritable coupable de s'enfuir dans un rire sinistre ? Pour lui, personne ne l'arrêtera jamais. Il ne peut plus se tromper...






Maxine Zaya O'Leary Respirer lui manque, les goûts lui manquent, la chaleur du soleil sur sa peau et son iris naturelle. Tout cela lui a été arraché et il ne se passe pas un jour sans qu'elle ne pense avec nostalgie à sa nature de chasseuse. Elle n'était pourtant pas humaine, pas aussi forte qu'aujourd'hui et ne possédait pas ce don intriguant, mais au moins elle ressentait. Elle vivait. Aujourd'hui, elle ne cesse de se sentir étrangère à ce monde. Perdue. Spectatrice inutile. Elle ne peut le supporter...


❝ Once Upon A Time ❞

Elle était là, seule. Debout aux bords des quais. Elle fixait le soleil qui se couchait petit à petit. Sa peau mate brillait sous ses rayons orangés, faisant penser que sa peau était couverte de plusieurs milliers de diamants. Elle avait été prudente avant de sortir de l'ombre des rues, ne pouvant résister plus longtemps à l'appel du soleil, de sa chaleur, de la douceur de ses rayons sur le grain de sa peau. L'oreille tendue, pas un bruit, pas un son indiquant la présence d'une tierce personne. Alors elle avait fait un pas en avant. À peine s'exposait-elle que déjà, sa peau brillait de mille feu. Elle aurait tant aimé ressentir cet apaisement qu'elle ressentait autrefois, mais tel n'était pas le cas désormais... Elle ressentit un pic de tristesse l'envahir en sachant sa peau toujours si glacée, son sang désormais devenu venin, le battement de son cœur ne rythmant plus ses jours. Elle n'était plus. Elle était morte. Fantôme errant sur Terre, ne pouvant se résoudre à la quitter si tôt... Tout lui manquait. Tout.

Elle baissait le regard, prise de nostalgie se perdant dans ses pensées, dans ses souvenirs, dans les images du passé qu'elle avait vécu, du temps où elle respirait encore, où la sueur perlait son front, où ses muscles la tiraient lorsqu'elle dépassait ses limites. Puis soudain le feu ravageant sa gorge asséchée la ramena à la réalité. Brutalement. Violent rappel qu'elle n'est plus humaine. Qu'elle n'est plus chasseuse. Elle est désormais vampire et il lui faudrait s'y faire, ou quitter ce monde. Mais elle ne pouvait s'y résoudre. Pourquoi partir ? Elle avait tant à faire sur Terre. Elle avait tant de projets autrefois. De désirs, d'envie... Elle voulait les retrouver. Vivre de nouveau et ce même si ça ne serait plus jamais comme autrefois...
Désormais, il fallait que la jeune femme vive avec cette soif infinie, ce brasier déchirant sa gorge, la faisant souffrir et teintant son regard de ce rouge sanguinaire. Car c'est ce qu'elle était désormais. Un être sanguinaire. Un être se nourrissant de sang pour survivre, pour ne pas faiblir. Détruire pour rester sur Terre. Tuer pour survivre. Et dire que la jeune femme se battait contre ce genre de monstre autrefois. Elle n'aurait jamais pensé possible qu'elle le deviendrait un jour. Mais elle était faible, elle n'avait pu se résoudre à mourir après avoir été transformée. Elle avait été lâche et elle en payait aujourd'hui le prix.

Maxine est perdue dans ses pensées, humant l'air sans réellement s'en rendre compte, ses lèvres s'entrouvrant à l'odeur du sang humain à l'odeur alléchante
 • Non, résiste, contrôle-toi, respires et réfléchis. Ne surtout pas se jeter sur le premier qui croisera ton chemin. Respire...

Elle tentait de se convaincre, se concentrant de tout son possible sur ses pensées pour ne pas se laisser bercer par l'odeur du sang envoutante. Elle rouvrit des yeux, son iris rougeâtre vrillant dans la nuit. Le soleil s'était éteint au profit de la nuit, les lumières de la ville s'allumant petit à petit. Maxine rabattu sa capuche sur le haut de sa tête afin de dissimuler son regard inhumain qui aurait alerté n'importe qui.
Le bruit de ses pas résonnait dans les ruelles, ricochant contre les murs des bâtiments de la ville, faisant fuir quelques animaux errants sur son passage. Elle jeta un regard alors qu'un chat feulait en la voyant. Leurs regards se croisèrent et il fit le dos rond avant de prendre la fuite. Même les animaux ne pouvaient supporter sa présence désormais... La blessant de plus belle, attisant d'autant plus sa soif.

Elle allait rejoindre le centre. Son but ? Trouver une de ces personnes perverses, indécentes, violentes, ces ratés de la vie qui ne manqueraient à personne, qui ne méritaient rien de plus que la mort. Voilà sa vie désormais. Se nourrir d'humains, mais de la pire espèce. Justification puérile et niaise au possible. Elle tentait de se rassurer en pensant rendre service de la sorte, en réalité, elle ne faisait que se voiler la face de plus belle... La rendant d'autant plus pathétique. Dire qu'autrefois, elle était une femme juste et forte. Ce n'était à ce jour plus qu'une loque inutile et destructrice...

Un cri retentit. Alarmant. Effrayé. Une femme l'avait laissé échapper. Faisant tourner vivement la tête du vampire Maxine se concentrait sur son ouïe améliorée, suivant la mélodie du cri vite remplacé par des bruits d'affrontement. Un seul palpitant... Un vampire et une humaine se battaient. Qui pouvait bien affronter un vampire de la sorte et avoir son cœur toujours aussi vif ? Maxine arriva dans la ruelle, sans émettre le moindre bruit. Là, à quelques mètres d'elle, un vampire et une jeune femme s'affrontaient. Laissant Maxine de marbre avant que ses yeux ne s'écarquillent, son iris d'autant plus vif de ce fait.
Cette jeune femme, Maxine la connaissait que trop bien. Malaika. Chasseuse. Mais que faisait-elle ici, pourquoi était-elle à Seattle ? Les questions se bousculaient dans l'esprit du vampire, regardant l'affrontement en retrait, de marbre. Que devait-elle faire ? L'aider, et devoir affronter cette jeune fille qu'elle considère comme une sœur, devoir lui faire face avec cette nouvelle nature monstrueuse ? Ou bien rester en retrait jusqu'à ce qu'elle prenne le dessus sur celui qui fut un jour humain...

Un sursaut de colère prit la femme asiatique. Voilà que le monstre plaquait son amie au mur et elle ne supporta pas plus le regard lubrique qu'il accordait à la chasseuse. Se laissant aller à son instinct, elle fila. Spectatrice de sa propre violence. Elle se voyait attraper le vampire et le tirer pour l'éloigner de Malaika. Elle se voyait, crocs sortis, regard haineux, en position d'attaque. Elle le vit en faire de même avant de se jeter sur son opposante, pensant certainement qu'elle voulait lui chiper sa proie. Il ne pouvait plus se tromper... Ils s'élancèrent l'un vers l'autre dans un même élan. Maxine passa par-dessus lui, attrapant la mâchoire supérieure de l'homme au passage et tirant dessus d'un geste sec. Bientôt, elle se retrouva avec dans une main la partie supérieure de son crâne, dans l'autre, le corps du vampire encore agité de quelques sursauts de fin de vie.
Son cerveau était en ébullition, elle se perdait dans sa violence, tentant de s'apaiser en vain. Sa vue était trouble, floue, elle n'arrivait pas à redescendre. Enivrée. Hypnotisée. Elle aimait cela. Mais ne voulait pas se l'avouer. Le rejetant. Elle n'était pas comme ça. Elle ne l'a jamais été. Elle ne le sera jamais. Hors de question...

« M...Max ?! »
La voix se fraya un chemin jusqu'à l'esprit de la jeune femme. La faisant redresser la tête et fixer son interlocutrice. Malaika. C'était Malaika. Elle ne devait pas s'emporter. Du moins, pas plus désormais.
« C'est bien toi ?! »
La jeune chasseuse ne semblait pas en revenir, interloquée, perdue.

Maxine la fixait avant d'afficher un pâle sourire. Elle avait craint faire fuir son amie, elle avait craint percevoir une pointe d'horreur dans son regard ou de pitié. Mais il n'y avait rien de tout cela. Voilà ce qui l'apaisait. Elle inspira un grand coup. Chose inutile, mais Maxine était loin d'avoir perdu ses réflexes humains... Elle relâcha le corps et le haut du crâne avant de tirer un mouchoir de sa poche, essuyant au mieux ses mains squelettiques. Elle abaissa alors sa capuche pour détailler son amie.

Un sourire vint éclairer le visage du vampire : « Oui, c'est bien moi, Malaika. » Elle détaillait son amie, heureuse de la revoir. Mais elle montra d'abord le cadavre :« Tu aurais de quoi faire un feu ? » Ajouta Maxine avec un petit rire gêné. « Je suis désolée pour ... Ça... » Finit-elle par ajouter en montrant la carcasse désarticulée qui gisait dans une drôle de position, le regard vitreux du vampire posé sur les deux jeunes femmes.

Maxine s'en voulait de s'être laissée aller à sa soif de violence, à cette nouvelle facette de sa nature qu'elle avait encore grande difficulté à contrôler. Elle détaillait de nouveau son amie, elle semblait en forme, changée elle aussi. Un éclat dur dans son regard prouvant qu'elle avait vécu des choses plus ou moins complexes. Éclat sûrement dû à l'aventure connue par son frère... Macéo. Maxine savait. Qui parmi les chasseurs côtoyant les De Luca, n'avait pas entendu parler de cette effroyable affaire ? De la folie du père ? De la fuite des jumeaux ? De la perdition de la mère ? Voilà autre chose pour laquelle Maxine culpabilisait... Ne pas avoir été présente pour la jeune chasseuse dans cette épreuve...



© Halloween

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Never thought I’ll find you here - Maxine & Malaika -   Dim 31 Mai - 23:46

Never thought I’ll find you here.

Max & Ika


« To me, you’ll always be the same. »
Le vampire avait le dessus, pour le moment… Je m’étais pris plusieurs coups qui m’avaient fait grimacer, quelques hématomes commençaient à décorer mes pommettes mais je ne m’en inquiétais pas plus que cela, après tout, je guérirais. Mais si je le laissais filer, alors j’allais le regretter, parce que ce n’est pas des coups qu’il allait donner à ses prochaines victimes, mais plutôt la mort… Je serrais les dents en l’entendant parler, ayant presque envie de lui cracher à la figure tant il m’écœurait, mais je n’eus pas le temps de le faire, qu’il me relâcha, ou plutôt qu’on l’y forçait…
Je retombais au sol et renforçais ma prise sur mon arme, on est jamais trop prudent. Même si mon ouïe n’est en rien l’équivalent de celle d’un réel enfant de la lune, il n’empêche que je n’avais pas perçu le moindre son prévenant d’une quelconque arrivée. Et s’il s’agissait d’un vampire qui avait envie de jouer avec moi et donc qui venait tuer la concurrence ? Je reteins une grimace en voyant ce qui avait été fait à mon agresseur, il était décapité. Mais mon regard changea rapidement de direction pour se planter sur mon ‘sauveur’. Je restais bouche-bée en reconnaissant Maxine, cachée sous sa capuche.

J’avais appris ce qu’il lui était arrivé. Aaron m’avait prévenu, je m’étais abstenue de dire quoique ce soit à mon paternel, sachant qu’il la chasserait lui-même s’il l’apprenait. J’avais été terriblement attristée par cette nouvelle, surtout lorsqu’il m’avait appris qu’elle avait perdu la raison et détruit beaucoup dans sa folie. J’avais fait mes recherches, j’avais nettoyé sur son passage quand c’était possible, nous nous y étions tous mis, ses proches, ses amis, sa nouvelle famille pour la protéger, la retrouver et tout faire pour qu’elle se retrouve.
Elle semblait déconnectée et je me raidis. Pourtant elle semblait aller mieux depuis quelques temps, je n’avais pu le constater de mes yeux, elle avait refusé de me voir, elle n’avait pas voulu que je la vois dans tel état, j’en avais souffert mais l’avais écouté. Pour elle. Je ne voulais pas qu’elle se sente plus mal par ma faute. Quand on m’avait appris qu’elle avait fui, j’avais eu peur pour elle, mais mes propres soucis m’avaient pris beaucoup trop de temps pour que je m’en préoccupe autant que désiré…
Je l’appelais et elle redressa son visage vers le mien. Son regard rouge sang me glaça un court instant. Animal. En rien similaire à son regard d’autrefois. Un regard plein de vie, souriant et joyeux. Là, il était tout le contraire… Mais je ne détournais pas mon regard, réfléchissant à toute allure, sachant que ça la blesserait et ce n’était pas du tout ce que j’avais envie de faire. Alors je restais forte et faisait abstraction de la sauvagerie de ses iris.

Elle sembla s’apaiser et m’adressa un sourire qui me brisa le cœur plus qu’autre chose. Comme si elle était désolée d’être là, face à moi, alors que j’étais plus qu’heureuse de la retrouver, mais qu’elle ne semblait le déceler… Elle finit par sourire, une esquisse un peu plus vraie qui me rassura de suite beaucoup plus. Quand elle me certifia que c’était elle j’eus un large sourire à mon tour et j’eus un petit rire lorsqu’elle me demanda pour le feu : « A ton avis ? » Dis-je en sortant un petit bidon d’essence de l’intérieur de ma veste et un briquet d’une autre. Je m’avançais et tirais le corps, avec l’aide de Maxine qui restais distante, jusqu’à un container dans lequel on le jetait avec son crâne. « Tu m’as sauvée, pourquoi tu t’excuses ?! » Dis-je en me redressant et la fusillant du regard tant elle semblait gênée et que je ne supportais pas ça. Je rajoutais de l’essence, imbibais un petit morceau de tissus, y mettais le feu avant de le jeter dans le container, enflammant le corps dans la seconde. Un feu de poubelle dans telle zone n’allait pas trop alarmer, ce n’était pas plus mal !

On se contemplait un instant et je m’empressais de lui sauter au cou. Ne supportant plus cette distance entre nous qui n’avait rien de naturelle. J’ai toujours adoré et énormément tenu à Max, et ce depuis très longtemps. Alors la voir si distante, gênée, me mettait hors de moi… « Arrête de te la jouer distante Max ! Je sais que tu me feras pas de mal ! » Maugréais-je à son attention pour qu’elle arrête un peu. « Tu m’as sauvée, alors arrête de jouer les vampires torturés ma vieille ! » Dis-je en me reculant et en faisant une moue mécontente.
Mais je ne la gardais pas longtemps et rapidement, je la détaillais de nouveau, plus qu’heureuse de la retrouver : « Mais qu’est-ce que tu fais à Seattle ? Et pourquoi tu m’as pas prévenue surtout ?! »  Questionnais-je en l’attirant pour qu’on s’écarte de la ruelle où le feu crépitait toujours.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Never thought I’ll find you here - Maxine & Malaika -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Never thought I’ll find you here - Maxine & Malaika -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maxine Waters kont eleksyon yo.
» no, i don't like you, i just thought you were cool enough to kick it ✝ la pyro
» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.
» 03. I thought i lost you...
» Glorfindel • Mornie utúlië... believe and you will find your way

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Deadly Hunters :: Les RPs-
Sauter vers: