Intrigue en cours

Le réveil

Vous vous réveillez dans un monde inconnu, vous regardez autour de vous ne reconnaissant rien, ni personne. Qui êtes-vous ? Vous ne vous en rappelez même plus. Il fait sombre, il fait froid et vous vous sentez affamé et assoifé. Découvrez ce monde prison créait pour vous, Blackstone city.
Lire plus (2026) Lire plus (1942)

Nos membres à l'honneur

à adopter de toute urgence !

Petites annonces

19/09/2018 — Atelier écriture 3 venez ici pour y participer ...
19/09/2018 — Atelier écriture 2 venez ici pour y participer ...
10/09/2018 — Atelier écriture 1 venez ici pour y participer ...

Musique

©️linus pour Epicode
En bref
The Deadly HuntersConnexion

Partagez

descriptionRenaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Il y a déjà plusieurs semaines, que je suis à l’hôpital, grand-père s'étant rapidement retrouvé désemparé par mon cas et le médecin locale également. Je mettais mise à tousser, parfois au point de cracher du sang, j'avais perdu près de vingt kilogrammes et autant vous dire qu'avec ma taille de guêpe, c'était plutôt impressionnant, pourtant je mangeais comme avant, enfin moins ces derniers temps du coup, mais avant cette perte de poids je veux dire. Arrivés à l’hôpital, on nous a parlé de tuberculose, j'ai vu mon grand-père blêmir, mais ne connaissant pas cette maladie je n'ai pas percuté tout de suite. Mais le médecin le rassure en lui expliquant que la streptomycine était un bon moyen de guérir cette maladie depuis plusieurs années maintenant. il n'a rien dit dès quelques exceptions devant moi pour ne pas m'inquiéter. J'ai donc était rapidement hospitalisé. Sauf qu'évidemment j'ai fait partit de ces rares exceptions où la streptomycine n'agit pas comme il faudrait. Ils étaient tous désemparés, moi je n'y comprenait plus rien et plus ça avançait, plus je perdais des forces. Mon grand-père passé quasiment tous les jours, même si nous ne disions pas forcément grand chose, ce que j'appréciais! j'aimais le savoir près de moi quant ma mère et mon père ne l'était plus. Cette semaine ses visites se sont un espacé. J'étais au plus mal. Il doit avoir peur de ce qu'il pourrait m'arriver, enfin je suppose...

Je me suis assoupie, lorsque j'entends que l'on s'affère autour de moi. J'entre-ouvre les yeux, c'est l'infirmière qui vient changer ma perfusion, puisque je m'alimente de plus en plus difficilement et pour le médoc, mais si ils savent que ça n'a pas d'effet et que je le soupçonne aussi, c'est bon pour le moral des troupes de garder espoir, c'est on jamais que l'espoir suffise à me guérir. Elle me dit de me reposer et repars. Je n'ai pas encore refermer les yeux, que je vois une tête connue au dessus de mon lit. Mon père est là à mes côtés. Je le sens me porter. Mais mes yeux se ferment et lorsque je les ouvre de nouveau, je suis dans mon lit chez grand-père. ils sont tous les deux au pied de mon lit, mais je n'entends pas se qu'il se disent. Grand-père s'éclipse et papa s'approche de moi.


Afterglow

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Je ne suis pas aisé à joindre. C'est un fait établi. Depuis cette nuit où on a fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Cette nuit où j'ai saigné à blanc ma propre épouse (malgré le fait que je ne le regrette pas franchement, il faut dire) et où j'ai bien failli offrir le même destin à ma fille unique. J'ai fuit. Tentant de comprendre ce que je suis, et d'apprendre à vivre avec. Essayer d'en réchapper? Je n'y connais pas grand chose en créatures surnaturelles, mais mon instinct me dit qu'un cœur qui a cessé de battre ne saurait redémarrer. Ce que je suis exactement? De nombreux indices me donneraient à penser à un vampire. Seulement, ils sont censés bruler au soleil, selon les livres, pas briller comme des feux follets... Et la bibliothécaire que j'ai saigné la semaine dernière ne m'a pas vraiment aidé à en savoir davantage.

Bref, ne me demandez pas comment il a fait, mais un télégramme de mon père a réussi à me parvenir. Et me faire partir aussitôt. La Grèce n'est pas si éloignée de l'Angleterre que ça quand on peut courir à la vitesse d'un vampire. Quelques minutes plus tard, j'avais traversé un continent et un océan, et je me planquais dans le coin d'un couloir en attendant que l'infirmière sorte de la pièce où je pouvais sentir que se trouvais ma fille. Dépêche toi stupide idiote, tu peux pas savoir à quel point c'est compliqué de rester ici sans bouger alors que je sais qu'il y a du sang frais partout dans le bâtiment.

Elle ressort enfin de la pièce, alors que je sers les dents pour oublier l'attrait de l'hémoglobine, et je pénètre dans la pièce sans l'ombre d'une hésitation, m'agenouillant au chevet de mon enfant, toute tentation extérieure oubliée. S'il y a une personne qui peut faire rentrer le prédateur dans sa cage, c'est elle, et je ne le comprend parfaitement que maintenant. Je lui souris malgré l'inquiétude lorsque ses prunelles croisent les miennes, glissant une main dans la sienne avant de me relever pour examiner sa perf, dont je m'empare avant de soulever Gwen de son matelas. J'ai beau être rapide, si ces médicaments ont un peu la capacité de la soulager, je n'ai pas le droit de l'en priver, même pour quelques minutes.

Je disparais cependant en quelques instants, mon précieux fardeau dans les bras, avant de m'arrêter devant la porte de mon père, à laquelle je frappe jusqu'à ce qu'il ne l'ouvre. Manquant le frapper au passage, par accident, d'ailleurs.
"Qu'est-ce qu..."
"Laisse moi entrer, je t'explique après."
Je me serai bien infiltré par la fenêtre, mais j'avais un problème d'invitation à régler. Bref, je passe devant mon père avant de m'engouffrer dans l'escalier pour aller déposer mon ange dans sa chambre.
"Je peux savoir ce que tu..."
"J'pouvais pas la laisser là-bas, c'est un vrai mouroir!
Si nous parlons à voix basse pour ne pas réveiller Gwen, le ton parvient à monter quand même entre nous.
"Et c'est peut-être bien ce "mouroir", comme tu dis, qui lui sauvera la vie!"
"Tu vois une amélioration toi? Me prend pas pour un con, et oublie les faux espoirs. Honnêtement, toi qui est là depuis le début, t'en dis quoi?"
Le regard qui passe entre nous se passera volontiers de commentaires, et se passerait bien de sa main se posant sur mon épaule. Un geste de soutien dont je n'avais pas besoin pour confirmer mes craintes.
"J'peux la sauver."
"Hormis si tu as passé la dernière année à inventer les miracles, je ne vois pas comment. T'étais où?"
"Ouais, j'ai peut-être inventé les miracles..."
Mes prunelles rouges ayant apparemment échappé à mon père, sans doute aidées par la pénombre des lieux, se posent sur le visage de Gwen, enfin réveillée.
"Tu peux nous laisser?"
Je laisse mon père refermer la porte derrière lui avant de me rapprocher de la tête de lit, m'agenouillant une fois de plus au sol pour glisser une main dans les cheveux de ma fille.
"Hé ma puce. Comment tu te sens?"
Je prend sa main dans la mienne, l'attirant contre mon visage avant de l'embrasser tendrement.
"J'suis revenu dès que j'ai su. Pardonne moi de pas avoir été là plus tôt."


Afterglow


_________________
en 1942 : ne se rappelle de rien après 1971. So il est marié à une mégère, toujours humain et en attente de sa première fille.
en 2026 : se rappelle

Men create their own chains. I'll free myself of mine.
⊹ lumos maxima

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Il vient près de moi. Il pose sa main dans mes cheveux. Je suis un peu dans le cirage. J'ai l'impression qu'il est enveloppé par du brouillard, mais nous sommes à l'intérieur, alors ce doit être dans ma tête, mais je n'y fais pas vraiment attention, je ne vois que lui. Il est là devant moi. il est partit il y a longtemps maintenant, je ne me souviens pas de la date exacte, pourtant d'habitude je m'en souviens. Je repense souvent à ce jour où il est partit, sans un mot.

- Tu es revenue ? Je t'ai attendu...

Comment je me sens ? Oh ça c'est une bonne question! Je ne sais pas trop à vrai dire! Fatiguée, mais aussi apaisée. Plus de souffrance, plus de douleur. Oui depuis qu'il est là je n'ai plus mal. En faites, je ne ressens plus vraiment la douleur depuis quelques temps, comme si tout autour de moi c'était arrêté, ce qui n'est pas le cas bien entendu, et je le sais bien, puisque je vois les gens s'affairer à l'hôpital. Je m'y crois toujours d'ailleurs, je n'ai pas remarqué que nous en étions partit.

- Je vais mourir papa, c'est ça ? J'ai toujours entendu dire qu'on revoyait sa vie défilé devant ses yeux avant de mourir... je sais que c'est pour bientôt. La preuve tu es revenue...

Des larmes s'échappent de mes yeux. Je n'essaie même pas de les arrêter, mon corps ne me répond plus vraiment.

- Reste avec moi, j'veux pas être seule ...

Afterglow

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Je passe la main sur la joue brulante de ma fille, sachant parfaitement qu'il n'y a pas que ma peau froide qui soit en cause dans la différence notable de température entre nous. La fièvre n'y est pas étrangère, cela est certain.

"Je sais mon bébé. J'ai pas eu le choix... je suis désolé."

Je sais que je n'avais pas le droit de la priver de ses deux parents le même jour. Je sais aussi que je n'ai en rien pu me contrôler avant de saigner sa mère à blanc, et que je dois déjà m'estimer heureux d'avoir su me retenir la concernant. Et je sais que malgré cela, il aurait été bien trop dangereux pour elle de rester près de moi à ce moment là. Qu'il l'est sans doute encore aujourd'hui, malgré le fait que mes yeux rouges vifs témoignent du fait que j'ai pris le temps de manger en chemin. Simple mesure de précaution.

"Non ma puce, tu vas pas mourir. Je te le promet. Je sais comment te sauver..."

Faire endurer à ma fille la même douleur que j'ai moi-même enduré lors de ma transformation? Une idée qui me rebute particulièrement, mais mieux vaut une vive douleur temporaire à cette mort lente que je vois dans ses yeux résignés.

"Je reste avec toi. Je ne vais nulle part. Ok? Il faut que tu te batte mon cœur, j'ai besoin que tu te batte..."

Je n'y connais pas grand chose en vampirisme. Mais je sais comment j'en suis devenu un. La morsure, la douleur de la chair déchirée par les crocs de cette inconnue, puis la torture du feu vous brulant de l'intérieur alors que le venin fait lentement son œuvre... j'ai subi tout cela seul, ma créatrice ne s'étant guère souciée de mon sort, mais je compte être présent pour ma fille jusqu'au bout.

"Gwen? Ecoute moi ma puce, s'il te plait. Ce que je peux...Je ne le ferais pas si tu ne veux pas, d'accord? Ça fait mal. Tellement qu'on voudrais mourir pour de vrai... Mais après ça, tout ira bien. Tu seras guérie, et toi et moi on pourra se retrouver comme avant."

Je reste près d'elle, glissant une main dans ses cheveux blonds. Elle m'a tant manqué. Et je refuse de la perdre. Mais je lui ai laissé le choix, et je respecterai sa volonté. De même que je suis prêt à répondre à toutes ses questions, du moins, celles dont j'ai les réponses.


Afterglow


_________________
en 1942 : ne se rappelle de rien après 1971. So il est marié à une mégère, toujours humain et en attente de sa première fille.
en 2026 : se rappelle

Men create their own chains. I'll free myself of mine.
⊹ lumos maxima

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Il passe sa main sur ma joue et la fraîcheur me fait du bien durant un instant. Je vois enfin ses yeux rouge. Lui aussi est malade? Ou c'est moi qui déraille? Ça doit être moi! Ce qu'il dit me rassure un peu, je vais peut-être m'en sortir si je l'écoute. J'aimerais tellement que tout celà soit réel. Qu'il puisse m'aider, alors que les médecins en sont incapables et que nous puissions rester ensemble par la suite. Me battre contre qui, contre quoi ? Contre le vent ? Je veux m'asseoir, j'essaie de m'asseoir, mais mes mains qui sont censés me soutenir se dérobent. Les larmes qui coulent forment comme un voile devant mes yeux désormais.

- Papa ? Elle est où maman ? que je lui demande, comme si j'avais oublié tout le reste. La fièvre me fait délirer. Je sais pourtant qu'elle ne reviendra pas, elle est partit sans un regard en arrière, mais sur le moment j'aurais besoin qu'elle soit près de moi. - Elle va venir me voir, tu crois ?

Durant plusieurs minutes, je divague ainsi avant que sa main sur ma joue, sa fraîcheur et ses mots me fassent de nouveau émerger. Finalement lorsque il me dit qu'il peut me sauver je comprends, je ne suis pas ailleurs, je suis dans mon lit, avec mon papa, je suis lucide. Souffrir ? Encore? Vais-je seulement le supporter un peu plus longtemps, si ça me permet de rester avec lui, de vivre ? Oui je crois que oui!

- Comment tu vas faire? T'as trouvé un remède durant ton voyage? C'est pour ça que t'as les yeux rouges ? Toi aussi t'es malade ?

Bin oui j'avais pas comprit que le remède était en lui. Je suis perdue, fatiguée. Mes yeux se ferment un peu et soudain je les ouvre avec toute la force dont je suis capable. je ne veux pas perdre une miette de ce temps avec lui.

Afterglow

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Je soupire alors qu'elle me demande si sa mère va venir la voir. Comment pourrais-je lui répondre "aucun risque, j'l'ai tuée et enterrée dans le jardin"? Non, ça, c'est quelque chose qu'elle ne saura jamais, quoiqu'il advienne. Elle a beau être loin d'être bête et savoir qu'entre sa mère et moi, c'était compliqué, elle n'a pas besoin de savoir que la fin fut si tragique. Désolé si je crache sur la mémoire de mon épouse ainsi, mais je préfère encore que Gwen pense que sa mère est partie sans elle. Elle m'a moi, c'déjà bien non? Et promis juré, plus jamais je ne l'abandonnerai comme j'ai pu le faire.

"Je sais pas ma puce. J'en sais rien. J'suis là, d'accord?"

Je lui souris, légèrement amusé, quand elle me questionne de façon si lucide. Elle est intelligente, et a tapé dans le mile du premier coup. Ça m'évite au moins de tourner trois heures de plus autour du même pot.

"Ouais, t'as tout compris." Si je pouvais encore pleurer... mais je crois que ma détresse ressort quand même dans mon regard. " C'est un remède. Mais c'est une maladie en même temps. Enfin, celle-là t'obligera pas à partir. Je lui souris, mes doigts ne quittant plus sa joue alors que je plonge mes yeux rouges dans les siens. J'aime sa façon de ne pas détourner le regard affolée. "Ça a changé quelques trucs dans ma vie. Mais ça m'a guéri aussi. Ça peut te guérir, j'en suis sur..." Mon autre main enlace la sienne, la rapprochant de moi pour tenir ses doigts contre ma joue froide. "J'veux rien te cacher. Pendant deux trois jours ça va être horrible. Mais après, t'auras plus jamais mal mon bébé."

Je m'écarte un peu pour la laisser respirer, ne retirant cependant pas sa main de la mienne.

"C'est ta décision. J'le ferais pas si tu ne veux pas."


Afterglow


_________________
en 1942 : ne se rappelle de rien après 1971. So il est marié à une mégère, toujours humain et en attente de sa première fille.
en 2026 : se rappelle

Men create their own chains. I'll free myself of mine.
⊹ lumos maxima

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Je suis épuisée, moralement et physiquement. Ouvrir les yeux devient un calvaire: L'une de ses mains sur ma joue, l'autre qui prend ma main et ses prunelles rouge qui se rapprochent pour me parler; voilà les trois choses qui m’empêchent de sombrer là toute de suite maintenant. Il dit ne pas savoir où est maman est je le crois. Il dit aussi qu'il s'agira de trois jours horrible, mais qu'après je n'aurais plus mal, plus jamais? Sa main se rapproche de sa joue. Les larmes qui coulent forment comme un voile devant mes yeux et je les sèchent rageusement, comme pour montrer que je suis encore capable de quelque chose et assez forte pour ça.

- Vas y fais le. Je veux plus être comme ça! Je veux être forte comme toi.

Je ne pensais pas à sa force de vampire puisque ça je ne l'avais pas encore comprit, mais forte dans le sens du caractère, prête à avancer envers et contre tout.


Afterglow

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

D'un coté, il y a offrir une seconde chance à ma fille. Et il n'y a rien qui me fasse plus plaisir. De l'autre, la condamner à cette vie qui est la mienne depuis plus d'un an. Et il n'y a rien que je ne puisse davantage regretter. Le troisième coté, celui qui ne devrait pas être là, est que j'espère honnêtement savoir ce que je fais. Je crois avoir compris comment j'en suis arrivé là, mais le guide du parfait vampire n'est pas encore en vente libre, alors je nage un peu dans le gruyère, et j'espère de tout cœur ne pas me planter sur toute la ligne.

Je l'embrasse tendrement sur le front avant de glisser mon visage sur son épaule, laissant poindre mes crocs, l'instinct me commandant de mordre à travers sa peau tendre. Un instinct que je réfrène aussitôt. Il va bien falloir que je le fasse, mais pas comme le prédateur que je sais trop souvent être.

Et c'est à la minute où mes canines finissent par pénétrer sa chair que j'entends la porte s'ouvrir et des pas furibonds se diriger dans ma direction pour m'écarter de ma fille.

"T'es complètement malade ou quoi?!"

Chose à savoir sur les vampires, parler avec quatre canines qui vous abiment les lèvres, c'est pas simple.

"J'y sauve la peau, si tu veux tout savoir."

J'ai beau m'être abreuvé avant de venir ici, l'odeur de sang frais qui me monte au nez pourrait bien me rendre dingue si il ne me lâche pas la grappe, le paternel.

"Écoutes. J'ai été malade moi aussi, on m'a guéri. Tu l'as dit toi-même, les toubibs peuvent plus rien pour elle. Laisse moi essayer."

Son regard passant de ma fille à moi me montre qu'il est prêt à lâcher, et je m'écarte avec précaution, peu certain de mon contrôle. J'ignore comment ça marche chez les vampires d'habitude, mais je doute que des êtres immortels apprennent le contrôle parfait en un an, donc, si on pouvait faire ça vite ça m'arrangerai pas mal!

"Laisses-nous, s'il te plait. Aie confiance en moi."

J'ignore ce qui l'a convaincu, en réalité. Le fait que foutu pour foutu, autant tout essayer, ou ai-je su me montrer si convaincant? J'y réfléchirai plus tard. En attendant, je retourne auprès de ma fille, ma main serrant la sienne avec toute la force dont je suis capable alors que je plonge de nouveau les crocs dans la plaie, me répétant pour mantra qu'il faut que je me retienne si je veux la sauver.

Quelques secondes plus tard, je relâche ma prise, reculant précipitamment jusqu'à l'angle opposé de la pièce pour reprendre contenance, essayer de ne pas prêter plus attention aux effluves d'hémoglobine qui saturent l'atmosphère. C'est dur, très dur, mais je finis par y arriver, desserrant la prise de mes crocs sur mon propre poignet et attendant d'être sur de moi pour me relever et rejoindre mon enfant, au chevet de laquelle je me replace, profitant d'un chiffon et d'un peu d'eau pour nettoyer sa plaie.

Cela fait, je récupère une chaise pour m'asseoir près d'elle avant de prendre sa main dans les miennes, tentant si cela est possible de lui insuffler un peu de force pour l'aider dans cette épreuve.

"Faut que tu te battes ma puce. Je t'aime mon trésor, alors bat-toi, il le faut."


Afterglow


_________________
en 1942 : ne se rappelle de rien après 1971. So il est marié à une mégère, toujours humain et en attente de sa première fille.
en 2026 : se rappelle

Men create their own chains. I'll free myself of mine.
⊹ lumos maxima

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Je sèche mes larmes. Il m'embrasse sur le front, puis sa tête se dirige vers mon épaule. Je ne vois plus que ses cheveux bruns, avant de tourner la tête de l'autre côté. Je ne comprends rien, mais je n'ai pas vraiment envie de comprendre je crois. Grand-père rentre dans la pièce, alors que j'avais à peine sentit une piqûre dans le cou. Lui et papa se disent des mots doux et je sens quelques choses de chaud sur ma peau, qui coule, mais je ne comprend toujours pas. Finalement il revient vers moi, et cette fois je sens ses dents, enfin ses crocs dans ma chair. Il me mords je suis pas folle? Si surement! Une chaleur envahit tout mon corps, puis rapidement une douleur lancinante s'insinue en moi. Il arrête, se recule avant de revenir quasiment aussi vite.
Le temps ne compte plus, je ne le vois plus défilé. Tout est si lent et si rapide à la fois. Il revient enfin vers moi et prend ma main. La douleur est de plus en plus forte. Des hurlements m'échappent. Je me tords de douleur sous le coup du venin. Mon corps entier dit stop et je ne suis pas sûre d'y résister bien longtemps. Je n'ai jamais connu une telle souffrance. La tuberculose à côté de ça c'était du pipi de chat.

J'ignore combien de temps je reste dans ce lit à brûler de l'intérieur, à hurler à gorge déployer, avec toujours ma main dans celle de mon père. J'ai entendu un claquement de porte à un moment donné, surement mon grand-père qui préférait s'éloigner de tous ces cris.
Puis le silence se fait. Il n'y a plus aucun cri qui sorte de ma bouche, je suis apaisée, détendue. J'ouvre doucement les yeux : ils peinent un peu à cause de la lumière du néon. Je vois les yeux rouge de mon père, mais je n'ai pas peur, toujours pas. Mes lèvres sont sèches d'avoir tant crier, enfin je crois.

- J'ai soif papa... de l'eau s'il te plaît!

Je me sens en pleine forme et rapidement je m’assois sur le lit. Cette fois mes bras ne me lâche pas. Je sens une nouvelle force en moi, sans la mesurer véritablement.

- Ça y est, je suis guérie ?


Afterglow

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

C'est bien pire d'assister à une transformation que d'en subir une, croyez moi. Surtout quand c'est votre fille adorée qui souffre ainsi devant vos yeux sans que vous ne puissiez rien y faire. Alors même que vous en êtes la cause. Je tente de lui apporter mon aide autant que possible, l'empêchant de se blesser lorsque la douleur la fait trembler, ne lâchant sa main sous aucun prétexte, pas même pour me nourrir et n'ayant de cesse de lui parler, tentant de lui offrir un point d'ancrage pour revenir vers moi.

Mon père vient d'abord me passer le savon du siècle, dont je n'ai absolument pas besoin, perdu entre l'inquiétude que je ressens pour ma fille et une fureur envers moi-même qui pourrait me rendre dangereux. Sa visite suivante est plus calme, et je peux voir combien il s'inquiète autant pour ma fille que pour son fils, quelque chose que je lui ai enlevé au fil des années. J'ai passé l'âge que l'on s'inquiète pour moi. Je n'avais pas compris que mon père n'avait pas encore passé l'âge de s'inquiéter pour son fils.

"Tu devrais t'éloigner pendant quelques jours. Quand je me suis réveillé, j'étais une vraie bête sauvage. Gwen s'en voudrait toute sa vie de te faire mal par accident."

"Et toi? N'est-ce pas aussi dangereux pour toi?"

"Je sais à quoi m'attendre, et je suis passé par là avant elle. Je ne crains rien."

Mon père finit par poser sa main sur mon épaule avant de nous laisser seuls, ma fille et moi, et je le remercie silencieusement de ne pas me poser davantage de questions. Il me connait, et sait parfaitement que quelque chose ne va pas chez son fils unique, mais il ne semble pas me tenir rigueur de mon secret.

Je caresse doucement le bras de ma fille alors qu'une nouvelle vague de douleur la prend, et je sers les dents, détestant le fait de la regarder souffrir sans pouvoir rien y faire.
Plusieurs heures s'écoulent avant qu'elle ne semble se détendre d'un coup, et je glisse une main près de ses yeux pour les protéger de la lumière de la lampe quand elle finit par les ouvrir, la retirant progressivement à mesure que je vois ses pupilles s'habituer à la luminosité ambiante.
Sa demande me tire un sourire, à la fois joyeux et triste, et je glisse la main sur son front, écartant des mèches de cheveux blonds en vrac tout en l'admirant. Ma fille était déjà magnifique dans son humanité, mais le vampirisme la rend sublime.

"Je sais que tu as soif mon cœur. Mais l'eau n'y changera rien."

Je la laisse se rasseoir dans le lit, lui offrant une aide inutile.

"Vas-y doucement. Tu vas mieux, mais tu n'est pas encore totalement rétablie." Je cherche un peu de secours céleste en balayant la pièce des yeux, quelque peu en détresse. 'J'ai peut-être omis un léger détail sur la suite des opérations..." Je m'assied sur le coté du lit, profitant de sa proximité, moi qui n'ai plus tenu ma fille dans mes bras aussi simplement depuis que je suis devenu ce que j'ai fait d'elle aujourd'hui. "Rassure-toi, il n'y a plus de douleur.. Je te le promet... As-tu déjà entendu parler des vampires? J'ai pas souvenir de t'avoir raconté de telles histoires, mais je connais ton grand-père."


Afterglow


_________________
en 1942 : ne se rappelle de rien après 1971. So il est marié à une mégère, toujours humain et en attente de sa première fille.
en 2026 : se rappelle

Men create their own chains. I'll free myself of mine.
⊹ lumos maxima

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Je suis en pleine forme. J'ai l'impression de ne plus être la même, comme si une nouvelle force coulait dans mes veines. Mais rapidement j'ai très soif et je lui demande de l'eau. J'ai l'impression qu'un saladier ne me suffira pas. Je dois être déshydratée avec tout ça. Mais il me dit que l'eau n'y fera rien qu'il a oublié de me dire certaines choses sur le post-morsure. Je l'écoute attentivement, mais tous mes sens sont en ébullition. D'un seul coup je me mets à entendre la circulation à l'extérieur alors que tout est fermé et que d'habitude j'entends rien. je sens une odeur particulière et je m'approche de mon père avant de réaliser qu'il s'agit de la sienne, mais je n'ai jamais sentit ça avant et cette soif qui me tiraille de l'intérieur. Ma tête va bientôt exploser, mais il me parle de vampires et bientôt je retrouve les pieds sur terre, pour un moment tout du moins.

- Des vampires ?

Je souris, amusée par la situation. Oui effectivement grand-père m'en a parlé, mais surtout pour m'effrayer et m'inviter à aller me coucher le soir, pour être une bonne petite fille. un peu comme le croc-mitaine. mais aujourd'hui je suis grande et je sais bien que ces créatures n'existe pas, je ne suis pas idiote. Pourtant j'ai beau réfléchir et je ne trouve pas d'autres réponse à tout ce qu'il se passe dans mon corps à cet instant. Je n'ai plus de douleur en tant que tel, mais la chaleur qui se dégage de ma gorge est une douleur dans un sens, enfin surtout ce manque. Durant un instant je jette un regard part la fenêtre et mes yeux parcourent une longue trajectoire avant de s'arrêter sur un building. Je le connais, il est sur Pearl Street, je le vois tous les jours quand je vais à l'école. Mais je ne devrais pas le voir d'ici, c'est trop bizarre. Je me crispe, mes mains agrippent les draps et lorsque je me retourne vers mon père, je ne vois plus que ses yeux rouges, comme si mes yeux ne faisait plus le focus correctement. Et là je réalise, enfin je crois. Je me lève à toute vitesse et je me dirige vers la salle de bain. je veux en avoir le cœur net. je dois savoir ce qu'il a fait de moi. La première chose que je vois se sont ces yeux rouges sorties de nul part, encadrés par des cheveux blonds. mon visage est très pâle, mais je n'ai jamais été très bronzés de toute façon, encore moins ces derniers temps alors ça ne me frappe pas plus que ça, mais je remarque que j'ai une tête beaucoup moins fatiguée que la dernière fois que je me suis vue dans une glace à l'hôpital.

- Alors je suis vraiment un vampire? Et toi aussi ? Comment s'est possible?

Afterglow

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

J'attends patiemment que mon enfant parvienne aux conclusions qui s'imposent à elle, craignant d'avoir fait le mauvais choix en la contraignant à cette existence qui est désormais la notre. Je ne l'ai pas choisi, et je maudis chaque jour le ou la responsable de mon état, et voilà que je ne trouve rien de mieux que d'imposer le même traitement à Gwen. Je crois que le désespoir m'a fait perdre la raison.

Je la laisse foncer vers la salle de bain, la suivant à vitesse réduite, même pour un humain, avant de m'appuyer sur le chambranle de la porte, ne pouvant m'empêcher de la regarder. Elle est si belle, ma fille, que je pourrais ne pas en détacher le regard pendant encore dix ou quinze siècles.

"C'est ça oui. Des vampires... ça va aller?"

Je fronce les sourcils, sincèrement inquiet pour elle, avant de réfléchir à sa question sur le "comment" de la situation.

"On m'a mordu, le soir où... je t'ai confié à ton grand-père. Je craignais d'être une menace pour toi. C'est pour ça que je suis parti."

Je marque une pause avant de poursuivre.

"C'est pour cela qu'on va devoir partir, aussi. C'est trop dangereux pour mon père de rester près de nous. Il m'est difficile de penser à autre chose qu'au sang qui coule dans ses veines...Parlant de ça, j'vais aller te chercher à manger... mais pas ici. Père me tuerait pour ça. On se retrouve sous le porche derrière la maison, d'accord ma puce?"

J'attendrais cependant son signal pour y aller. Si elle n'est pas prête à ce que je m'éloigne, j'attendrais le temps qu'il lui faudra. On est pas à cinq minutes près.


Afterglow


_________________
en 1942 : ne se rappelle de rien après 1971. So il est marié à une mégère, toujours humain et en attente de sa première fille.
en 2026 : se rappelle

Men create their own chains. I'll free myself of mine.
⊹ lumos maxima

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

J'étais devant la glace. Je n'étais pas sûre de vouloir comprendre ce que sous entendait ce nouvel élément de ma vie. Je ne pouvais quitter ces yeux rouges du regard. C'était bien moi devant le miroir, mais je ne me reconnaissais pas. Ma main vient frôler mon visage , avant d'aller se poser sur le miroir et mon image fait de même, donc ça se confirme, je suis un monstre. Il arrive derrière moi. Je l'avais entendu arriver, malgré ce tourbillon dans ma tête. Tout m'arrive dans les oreilles et ça fait beaucoup quand on en a pas l'habitude. Il me confirme que j'ai bien comprit, avant de me demander si je vais bien. Ça c'est la question à 100 balles! Je ne dis rien de plus jusqu'à son explication  sur le "comment il est devenu comme ça?".

- Maman est partit à cause de ça ? Elle a eu peur?

Oui, cette solution me saute au visage d'un coup. Je comprenais mieux ce départ brutal. Entre mon père et elle, je me souviens de dispute, mais au point de partir ? Je ne sais plus, je ne sais pas quoi penser de tout ça. Pourtant je sais bien que c'es moi qui lui est dit de le faire. J'étais prête à tout pour rester en vie et vivre avec mon père... A tout? Même à ça ? Je ne sais pas, nous verrons bien! J'ai toujours aussi soif et il enfonce un peu le clou quand il parle de me trouver à manger. Ne pas croiser grand-père? Ne plus jamais le revoir. Tout se chamboule dans ma tête. déjà que c'était le bordel, mais alors là!

- Je pourrais plus jamais voir grand-père ? Je peux pas lui dire au revoir au moins?

Je savais bien que la réponse était non, mais j'avais besoin qu'il me le dise, j'avais besoin de l'entendre d'une autre bouche que la mienne pour y arriver. J'avais besoin de sa force! Je relève les yeux vers lui à travers le miroir quand il me dit qu'il va m'attendre sous le porche pour qu'on parte. Je lui fais signe que oui de la tête, avant de me plonger à nouveau dans mes yeux rouge.

J'ignore combien de temps je reste ainsi, mais surement pas très longtemps, puisque cette soif intense est toujours de plus en plus douloureuse. Je me prépare rapidement un petit sac avec deux/trois affaires, une photo de maman et une de grand-père. Je descends les escaliers en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. J'en aurais presque le tournis de cette vitesse. Je passe le seuil de la porte et je ferme derrière moi. Je ne peux m'empêcher un regard en arrière. Cette maison va me manquer, je m'y étais faites après tout, sans parler de grand père.
J'ai hésité durant un instant à lui laisser un message pour lui dire au revoir et à quel point je l'aime, mais je ne trouvais pas les mots, donc j'avais fermé la porte sans un au revoir. Il comprendrait j'en suis sûre, enfin je tentais de m'en convaincre tout du moins. J'arrive vers lui. Je prends sa main et la pression est forte sur la sienne lorsque je sens la voisine arrivée au coin de la rue. Son pas rapide sur le trottoir avec son bébé dans son landau, son sang coulant dans ses veines et qui palpite au rythme de son cœur. Je lâche la main de mon père, je m'avance déjà vers elle. je ne peux pas m'en empêcher, c'est plus fort que moi.

Afterglow

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Le désespoir teinte mon regard quelques instants quand Gwen me demande si c'est là la raison du départ de sa mère. Plus ou moins. La vérité étant que mon épouse n'a pas franchement demandé à quitter ce monde, et pour être honnête, malgré nos différents, je m'en veux pour cela. Parce que j'ai privé mon petit oiseau de sa mère.

"A cause de ça oui."

Je décide de rester vague, conscient que ma fille est désormais plus alerte concernant mes expressions et ma capacité à mentir déjà peu exercée. Lui expliquer que j'ai confondu sa mère avec le diner? Pas dans mes objectifs du siècle. Le regard de Gwen fixe le mien à travers le miroir, avec une de ces questions qui me fend le cœur. Concernant son grand-père?

"Quand tu seras prête. Je te le promet. Mais dans l'immédiat, ça serait trop dangereux pour lui. Tu comprend?"

Je me rapproche d'elle, posant mes mains sur ses épaules en guise de soutien, les laissant glisser le long de ses bras avant de serrer rapidement ses mains et m'éloigner. J'espère ne pas faire de connerie en la laissant seule ainsi, mais je pense qu'elle a besoin d'un moment avec elle-même. Pour ma part, je vais lutter une dernière fois avec mon instinct - plus que réveillé après les évènements de cette nuit - pour prévenir mon père de notre départ. C'est la moindre des choses.

Cela fait, je vais attendre ma fille sous le porche, comme prévu, en profitant pour débattre avec moi-même du bon et du mauvais choix que j'ai pris dans la décision de lui faire subir ce sort. Honnêtement, je n'ai pas la réponse. Le temps décidera pour moi. Sa main vient bientôt rejoindre la mienne, la serrant à la broyer alors que je comprend ce qui attire son attention. Sérieusement, c'est une heure pour sortir un nouveau-né dehors?! Je gronde alors que Gwen lâche ma main, et je la rattrape en deux pas rapides, serrant ma main autour de son bras.

"Gwen! S'il te plait, non. On trouvera autre chose."

Et pourtant, il va pas falloir que nous pressions, parce que moi aussi, je commence à avoir la dalle, et pas qu'un peu. Cependant, je refuse de voir ma fille s'en vouloir pour la mort d'un bébé et de sa mère. Il y a bien assez de monde dehors dans les nuits de Londres pour se restaurer ailleurs.

"Mon cœur. Écoutes moi. Le prochain est pour toi, mais pas ça. Pas comme ça."

Si je sais qu'elle pourrais se débarrasser de moi en un instant? Je le suppose, en tout cas. J'ai pu me rendre compte que j'étais plus fort les premiers mois que je ne le suis maintenant, à peine quelques autres mois plus tard, et je suppose que ça doit être une constante chez les vampires. Seulement, j'espère de tout cœur que Gwen est capable de m'écouter encore un peu, passant au dessus de l'instinct qui s'éveille en elle.

Afterglow


_________________
en 1942 : ne se rappelle de rien après 1971. So il est marié à une mégère, toujours humain et en attente de sa première fille.
en 2026 : se rappelle

Men create their own chains. I'll free myself of mine.
⊹ lumos maxima

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz

Renaissance

Il me répond que si ma mère est partit il y a deux ans, c'est à cause de ça, de son état de vampire. Elle a du le voir et elle a prit peur et a prit la fuite. Mais elle m'aurait abandonné entre les main d'un monstre ? Probablement, oui! Je m'en persuade assez rapidement en tout cas. Il me dit aussi que je pourrais revoir grand-père un jour. Je lui souris timidement à cette nouvelle. L'idée de partir me rend triste, mais rien que l'idée de savoir que je pourrais revenir un jour me rassure. Il descend sous le porsche, je reste un peu, avant que ma soif ne m'attire dehors. Je n'ai laissé aucun mot, aucun signe que je vais bien. Je suis incapable de dire quoi que ce soit; j'en ai la gorge nouée rien que d'y penser.

Une fois dehors, je prends la main de mon père, avant de sentir une odeur très attrayante : une maman et son bébé qui se promènent. Je lâche sa main et me dirige vers eux. Mes yeux sont d'un noir de jais désormais. Le sang dans mes veines me tapent dans les oreilles, enfin leur sang à eux, puisque moi mon sang ne circule plus dans mes veines. Je ne suis plus très loin d'eux, je les vois, je les sens...
Mon père m'agrippe le bras et m'empêchent d'avancer davantage. Sa force est grande et je n'essaie pas de le faire lâcher prise, j'ignore encore tout de la mienne.

- Mais j'y arrive pas... C'est plus fort que moi! J'ai soif! Ça brûle!

Ma gorge me brûle, tout me fait un mal de chien. Comment je suis censée contrôlée ça, c'est trop dur! J'aurais peut-être pas dû accepter enfaites. J'aurais du refuser et mourir, parce que cette souffrance là et toute aussi atroce. Moi j'exagère ? Oui peut-être un peu j'en sais rien.
Je finis par lui donner raison, mais j'ai besoin de lui; toute seule je n'y arriverais jamais c'est évident!

- Aide moi! Emmène moi! J'y arriverais pas toute seule!

Afterglow

descriptionRe: Renaissance - Silas & Gwen

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum