Les membres à l'honneur

Alice et Jasper Cullen






 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez nous donner votre avis sur la version 8 du forum
spécial Revenant sur ce sujet (ici).
Pour toutes prises d'un postes-vacants ou d'un revenant, nous vous offrons 50 points supplémentaires
et la possiblité de faire un DC seulement 2 semaines après inscriptions à la place d'un mois.
Venez participer à l'animation n°1 du forum : (ici).

Partagez | 
 

 Un Cullen de plus à tourner dingue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Vampire végétarien
Vampire végétarien
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

On me confond souvent avec : Peter Facinelli

MessageSujet: Un Cullen de plus à tourner dingue    Jeu 8 Mar - 0:37


Un Cullen de plus à tourner dingue

Une journée de travail tout ce qu'il y a de plus banale, en apparence. De celles que je préfère, à savoir que loin de passer la journée à compléter des dossiers attendant que je m'occupe de leur sort depuis la dernière journée de calme plat, c'est au bloc que je suis appelé, pour une réduction de fracture sur la jambe d'un jeune motard ayant présumé de sa capacité à retenir sa monture. Du sang, des os brisés, encore du sang, rien de très beau à voir, bien que j'ai déjà vu pire, et pas toujours dans le cadre de mon métier. C'est dans ces moments là que je remercie le contrôle parfait que j'ai sur chacun de mes sens qui saurait m'attirer vers cette source de nourriture commune à la plupart des vampire, cet appel auquel nombre d'entre nous ne sait pas résister.

Contrôle parfait qui semble avoir ses failles, apparemment. Ce qui me fait dire cela? Sans avoir jamais eu à me concentrer  sur quoi que ce soit pour éviter de lorgner sur une flaque de sang, je remarque presque immédiatement les signes avant coureurs de la catastrophe, pour les avoir trop souvent observés chez Jasper. Mon regard reste bloqué sur mes mains, dont les gants sont couverts du sang de mon patient, jusqu'à ce que je sente une présence trop près de moi et une voix qui me fait sursauter, au sens littéral du terme.

"Docteur Cullen, tout va bien?"

Je réagis enfin, mon regard croisant celui de l'interne qui m'a adressé la parole, avant de se bloquer presque automatiquement sur la veine de son cou, sous la peau duquel je peux sentir le rythme régulier du sang qui y coule. Je sert les dents avant de reculer d'un pas, tentant de ne pas me laisser aller à cet instinct qui m'appelle.

"Je pense... que je vais aller prendre l'air un instant. Ne reste plus qu'à suturer, continuez sans moi."

Abandonner une opération en cours de route, pas mon genre, du tout. Mais si je ne veux pas dévorer et mon patient et l'ensemble de mon équipe, il vaut mieux que je n'insiste pas. Alors je quitte le bloc, me débarrassant rapidement de l'habillement fait exprès, couvert de sang, avant d'aller m'enfermer dans une salle vide deux étages plus haut, un peu de vitesse vampirique aidant à ne croiser personne.

L'imprévu? Que la pièce vide ne soit pas si vide que ça. L'odeur de l'homme me monte au nez avant même que je n'ai pu voir le moindre trait de son visage, et, incapable d'en supporter davantage, je me jette sur lui, trouvant rapidement l'accès à la peau tendre de son cou, que mes crocs déchirent rapidement avant que je ne le vide de son sang, une sensation semblant à la fois une seconde et une éternité. Une torture et une délivrance. Et ce n'est qu'une fois que l'homme s'affaisse et que je le suis au sol que je réalise ce que je viens de faire.

Alors je recule, jusqu'à rencontrer le mur dans mon dos, avant de glisser de nouveau au sol, ramenant une jambe contre moi pour poser mon front contre mon genou, prenant le temps de me calmer et me reconcentrer sur le moment présent et ce qui vient de se passer. Après quelques minutes sans bouger davantage, je cherche mon portable dans la poche de ma chemise avant de composer un numéro que je connais par cœur.

"C'est Carlisle. J'suis à l'hôpital, tu peux venir?"


Afterglow


_________________
+we sloow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas

Vampire végétarien
Vampire végétarien
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

On me confond souvent avec : Robert Pattinson

MessageSujet: Re: Un Cullen de plus à tourner dingue    Sam 17 Mar - 0:17

Un Cullen de plus à tourner Dingue.
feat Carlisle
Edward s’ennuyait. Il était face à son piano et pourtant aucune note ne semblait vouloir sortir. Il avait perdu l’inspiration, perdu le nord en quelque sorte. Il pouvait entendre les pensées de tous et c’était un vrai fardeau. Esmé, si elle aurait pu pleurer, aurait pleuré toutes les larmes de son corps tant elle se sentait fautive. Alice se sentait trahit, meurtrie et blessée, elle voulait hurler à la terre entière son malheur. Emmett se terrait dans un coin, et pourtant il semblait ne pas s’en vouloir de les avoir dupés depuis des années. Jasper n’était qu’une ombre, partagé entre son amour pour Alice et sa passion perverse pour Jane. Nessie, elle, ne savait quoi choisir entre Jake et un certain Silas dont Edward ignorait tout de lui. Sa Bella était silencieuse, usant de son don pour rester secrète. Et Rosalie avait disparu. Ne restait que Carlisle. Qui essayait de faire front, de soutenir tout le monde, même si certaines décisions étaient dures à comprendre. Il essayait de résister au cataclysme, mais Edward sentait son père fléchir, et il avait peur que ça ne vienne plus vite que prévu. Il connaissait Carlisle, plus que quiconque dans cette maison, et il sentait que le drame arrivait, et qu’il allait être le seul à pouvoir le soutenir. Edward soupirait, et restait immobile, le regard vers la fenêtre, songeant, essayant d’éteindre les pensées qui allaient à flot dans son esprit. Le bruit de son téléphone le sortait de sa catatonie, et le nom affiché ne présageait rien de bon. Carlisle. En pleine journée. Au travail. Il décrochait en un quart de seconde, et écoutait ce que son père lui disait. Et ni une ni deux, il comprit. Carlisle avait besoin d’aide.

« - J’arrive. Ne bouge pas. »

Ni une, ni deux, Edward pris son manteau, ses clés, embrassait sa mère en passant, et pris sa voiture. Il roulait à toute vitesse, de manière mécanique, ne se souciant pas de la circulation. Il avait peur d’une chose : Que Carlisle est perdu pied. Et il savait à quel point il s’en voudrait d’une telle chose. En moins de dix minutes il fut à l’hôpital, et non sans se soucier des personnes autour de lui, il piquait une blouse blanche pour traverser tous les couloirs sans se faire remarquer, puis se concentrait pour entendre les pensées de Carlisle. Il le localisait, non sans mal, et comprit que ce qu’il redoutait s’était produit. Il lâchait un « merde » dans les couloirs, prenait une housse mortuaire, et filait à vitesse vampirique, discrètement, jusqu’à Carlisle. Il cassait le verrou de la porte d’un coup de poignet et entrait dans la pièce, voyant l’homme inerte à côté d’un Carlisle désemparé. Il se mordait la lèvre puis rejoignais Carlisle, s’abaissant à sa hauteur, lui tenant l’épaule, le regard rassurant.

« - ça va aller Carlisle, je m’en occupe. Ne t’en veux pas, ça arrive les dérapages. »

☾ anesidora

_________________

I CAN'T LIVE WITHOUT YOU
Revenir en haut Aller en bas

Vampire végétarien
Vampire végétarien
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

On me confond souvent avec : Peter Facinelli

MessageSujet: Re: Un Cullen de plus à tourner dingue    Sam 17 Mar - 9:48


Un Cullen de plus à tourner dingue

Tuer ne m'était encore jamais arrivé. Pas une fois en trois siècles, alors qu'il m'aurait été si facile de suivre Garrett ou les frères Volturis sur cette voie. Une voie dans laquelle ma conscience ne m'aurait pas permis de tomber. Jusqu'à maintenant, en tout cas. Je vais tourner dingue. Et si une partie de moi a envie de rejeter la faute sur Jasper et Emmett et leurs récents fiascos, une autre se dit que ce n'est pas eux qui m'ont mis cet homme sous les crocs, et qui m'auraient obligé à le saigner de la sorte. Je penche la tête en arrière, la posant contre le mur contre lequel je m'appuie au plus fort possible, fermant les yeux pour tenter de me convaincre que tout cela n'est qu'un cauchemar. Ah, je peux déjà entendre Aro ricaner, de ce rire infect qui vous donne envie de le gifler. Esmée avait raison, j'ai besoin de vacances, et si possible, d'un endroit où le premier humain habite à plus de mille kilomètres... l'Antarctique c'est bien. Parfait même. Si on évite les explorations polaires de la Terre Adélie.

J'entends la voix rassurante d'Edward plus que je ne me rend compte de sa présence, et j'ouvre finalement les yeux, dardant des prunelles certainement rouges sang dans les yeux dorés de mon fils. D'ordinaire, c'est moi qui ai ce rôle. le soutien rassurant face à l'enfant pris en faute. Et, à dire vrai, tous les arguments que j'ai su leur déblatérer au cours du dernier siècle sonnent à présent particulièrement faux à mes oreilles.

"Excuse moi. De te forcer à gérer ça. Je voyais pas qui appeler d'autre que toi."

Je pose une main sur le bras qu'il tend vers mon épaule, le remerciant silencieusement d'être venu aussi rapidement, avant de lâcher un soupir et tenter de me relever. Jusqu'à m'accrocher à lui pour ne pas tomber, et finir par me caler contre le mur. Tâchant de me changer les idées, rien qu'une seconde, je penche légèrement la tête en remarquant la tenue dont il s'est affublé, certainement pour passer inaperçu dans l’hôpital.

"J'te l'avais pas dit? Que tu f'rai un toubib potable?"

En attendant, le toubib, il va se prendre un congé sabbatique. Et sérieux. Hors de question de risquer d'attaquer un autre patient. Un suffit largement à mon malheur.


Afterglow


_________________
+we sloow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas

Vampire végétarien
Vampire végétarien
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

On me confond souvent avec : Robert Pattinson

MessageSujet: Re: Un Cullen de plus à tourner dingue    Dim 25 Mar - 8:09

Un Cullen de plus à tourner Dingue.
feat Carlisle
De ce que savait Edward, Carlisle n’avait jamais succombé au sang humain, enfin pas totalement. Il n’avait jamais tué, et vider un humain de son sang, comme il avait pu le faire. Empreint d’une conscience hors du commun, il avait toujours su résister. Mais là, ce n’était pas le cas. Il avait craqué, il avait cédé à la pulsion la plus profonde dont était doté tout vampire. Et Edward entendait à quel point son père était dans une sale position. Il entendait la puissance de son mal-être, et il comprenait aussi que les récents évènements n’avaient pas seulement affecté Esmé, mais lui aussi. Et bien plus que permis. Lui qui avait mis plus d’un siècle à bâtir sa famille, celle-ci volait en éclats. Alors il n’avait plus qu’à le soutenir, encore plus qu’Esmé, car il ne l’avait jamais vu défaillir de la sorte. Et c’était mauvais présage. Le regard rouge de Carlisle ne déstabilisait nullement Edward, car il savait que ce n’était pas Carlisle qui avait agi ainsi, et que d’ici peu, ses yeux reprendraient leur couleur Ocre. Sa main se fit plus présente sur l’épaule de son père, et son regard plus chaleureux encore.

« - Je suis là pour ça Carlisle, pour t’aider quand tu en as le besoin. C’est le devoir de tout fils. »

Edward lui fit un sourire, et le remerciait de la tête pour ses pensées sincères. Edward avait énormément d’affection pour Carlisle, il était comme un père spirituel, celui qui lui avait donné une seconde chance dans la vie. Il l’aidait alors à se relever, et s’assurait qu’il soit bien posé sur ses deux pieds avant d’aller s’occuper du cadavre. Il coupait alors sa respiration pour ne pas craquer à son tour, puis ouvrait son sac mortuaire, y glissant le mort délicatement. Pauvre vieux, y’avait plus une goutte, Carlisle l’avait saigné sec, mais ce qui était sûr, c’est qu’il n’avait pas souffert. Pour camoufler tout indice, Edward lui brisait la nuque, et attrapait un scalpel pour lui entailler la trace de morsure engendré par Carlisle. Il ne voulait pas qu’on remonte jusqu’à lui, même s’il allait brûler le corps. Une fois fait, il fermait le sac, pris une étiquette mortuaire dans la réserve, y notait un nom bidon, et la mettait sur le sac. Puis il riait légèrement au propos de Carlisle, se retournant sur lui.

« - Ah non ça tu me l’as pas dit. Mais je te rappelle que tu m’as tout appris, et c’est moi qu’est refusé le job. »

Edward lui fit un clin d’œil, puis sortait de sa poche de son jean des lentilles couleur Ocre qu’ils tendaient à Carlisle. Il avait toujours ça sur lui, cadeau de Bella, en cas d’entorse au règlement. Bien qu’ils ne les avaient jamais utilisés jusque-là.

« - Tiens met ça, on pourra passer incognito comme ça. »


☾ anesidora

_________________

I CAN'T LIVE WITHOUT YOU
Revenir en haut Aller en bas

Vampire végétarien
Vampire végétarien
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

On me confond souvent avec : Peter Facinelli

MessageSujet: Re: Un Cullen de plus à tourner dingue    Dim 8 Avr - 9:48


Un Cullen de plus à tourner dingue

Les paroles d'Edward me déclencheraient presque un rire nerveux si je ne contrôlait pas mieux mes émotions, surtout à sa proximité. Il semblerait que certains pensent au contraire que le devoir de tout fils est de pourrir l'existence de ses parents, et je dois dire qu'ils y parviennent avec brio. Je rejette cependant cette pensée rapidement. D'une, ça ne va pas m'aider à rester calme, de deux, Edward n'a pas besoin de l'entendre. De trois, malgré que je sois indéniablement plus proche de mon ainé que des deux autres, j'ai toujours veillé à ne faire aucune différence entre mes enfants. Et malgré les récents évènements, ce n'est pas aujourd'hui que je compte commencer. Alors je me contente de remercier Edward de son soutien alors qu'il s'occupe d'une tâche qui devrait normalement m'être dévolue, avec un soin tel qu'on jurerait qu'il le fait tous les jours. Disons qu'il connait le boulot, et comme il le souligne si justement, il a eu un bon professeur.

Je lui souris en retour, presque amusé de son commentaire. "Et c'est dommage." Je m'écarte du mur, mon équilibre retrouvé en même temps qu'un peu de contenance, appréciant le changement de sujet. "Enfin, la proposition tient toujours, même si ce ne doit être que dans deux ou trois siècles."

Je baisse le regard en direction de ce que Edward me met dans la main avant de relever les yeux vers les siens en comprenant de quoi il s'agit, un mélange de remerciement et d'ironie naissant en moi.

"Bella, n'est-ce pas? Et bien, elle ne devait guère penser que cela me serait utile un jour."

Je le dépasse jusqu'à atteindre la fenêtre, me crispant légèrement en croisant mon regard à travers le carreau. J'y reste même appuyé un instant avant de baisser les yeux vers les lentilles que j'ai dans la main, acceptant bien sur de les mettre, mais me disant tout de même que c'est une mascarade que je ne jouerai que le temps que cela soit vraiment utile. Je ne me mentirai pas à moi-même, pas plus que je ne mentirai à Esmée. Pour le reste, chaque chose en son temps.

Et une chose qui me chagrine, alors que je reviens vers mon garçon. Alice. C'est le genre de chose qu'elle aurait du apercevoir, tout comme Jasper aurait du sentir que j'étais au bord de l'implosion. Concernant ce dernier, je crois qu'il a largement assez à faire avec sa propre culpabilité pour ne plus sentir les émotions des autres. Mais si Alice avait senti venir quelque chose, elle ne me l'aurait pas caché. Sommes nous déchirés au point de ne plus voir que les autres ne vont pas mieux que soi? Je préfère ne pas y penser.

"Bon allé. Finissons en, si tu le veux bien."


Afterglow


_________________
+we sloow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas

Vampire végétarien
Vampire végétarien
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

On me confond souvent avec : Robert Pattinson

MessageSujet: Re: Un Cullen de plus à tourner dingue    Sam 21 Avr - 14:21

Un Cullen de plus à tourner Dingue.
feat Carlisle
Edward souriait aux pensées de Carlisle, car même s’il essayait de ne pas trop écouter ce qu’ils se passaient dans les âmes des autres, parfois les états d’âmes de chacun le faisaient réagir. Il aimait aider ses proches, et mieux rire avec eux quand la situation s’y prêtait. Et les pensées de son père le firent réagir, et il ne put s’empêcher de pouffer de rire.

« - Non mais t’as raison Carlisle, ils nous pourrissent la vie avec leurs conneries ! Appelons un chat, un chat hein ! Ça restera entre nous bien sûr ! »

Il tapotait l’épaule de Carlisle hilare, avant de le laisser reprendre cours à ses pensées, et lui à son travail de camouflage de cadavre. Il prenait soin de faire ça correctement, retirant toute trace de l’ADN de Carlisle, usant de ses sens surhumains pour y parvenir. Puis il écoutait les dires de Carlisle, souriant qu’un peu plus à ses mots.

« - Merci de la proposition, mais t’imagines, non seulement je devrais soigner les corps mais aussi les âmes vu que j’entendrais toutes leurs pensées. Puis Bella n’appréciera pas le fait que la plupart des patientes tentent d’user de leur charme pour me séduire. Elle voudra les tuer sans nul doute ! Je ne prends pas ce risque sinon je risque d’y passer aussi ! »

Il riait, prit le cadavre sur son épaule et le mettait sur le brancard vide qu’était présent dans la pièce. Avant de se retourner sur Carlisle. Il voulait le détendre, le faire oublier ne serait-ce qu’un instant le mal qu’il venait d’engendrer.

« - Et puis c’est bien le piano, au moins ça parle pas sans cesse ! »

Puis il tendit les lentilles à Carlisle, et il sentit de l’ironie dans le ton de sa voix, mais aussi des remerciements intérieurs. Il tapait juste, Bella. Bella avait peur des répercussions de nos décisions, si bien que pour préparer toute éventualité, lui avait donné ces lentilles dans le cas où il arriverait un malheur. Edward ne voyait pas vraiment ça comme un manque de confiance, mais plus comme une peur que quelque chose arrive. Il souriait aux paroles de Carlisle et lui répondait simplement.

« - Bella en effet. Elle en a donné à tout le monde sauf à toi, à croire qu’elle a plus confiance en toi qu’en son propre mari ! Mais t’en fais pas, je ne lui dirais rien qui puisse te blesser. »

Puis il perçut la peine de Carlisle concernant le manque de communication venant de ses enfants, dont Jasper et Alice, tous deux pourvus de don pouvant contrôler l’avenir. Il sentit de la peine dans ses pensées, et Edward se devait de rassurer son père, car ça ne venait pas de lui, mais de la souffrance de chacun dans ces épreuves. Il s’approchait de Carlisle, et plongeait son regard, sincère pour son père.

« - Personne ne l’a vu venir. Jasper erre comme une âme en peine loin de la villa pour ne pas ressentir la tristesse et la colère d’Alice. Il n’est focalisé que sur elle. Et puis Alice fouille l’avenir pour voir si elle va être de nouveau heureuse, et aussi n’est focalisé que sur lui. Elle n’a rien vu te concernant pour la simple et bonne raison qu’elle n’est plus réellement avec nous dans son esprit. Ils sont malheureux tous les deux, et par conséquent ils ne font plus attention à nous, et c’est normal je crois. Quoi qu’il en soit, notre famille est peut-être mal en point, mais elle n’est en aucun cas éclatée. Ça va aller mieux Carlisle, j’y crois. Laissons juste le temps panser les blessures de chacun. »

Il pensait ce qu’il disait, et Carlisle avait besoin d’entendre tout ça, à cet instant précis. Il fallait laisser le temps faire ce qu’il fallait pour que chacun reprenne sa place. Il acquiesçait aux paroles de son père, sondait de son ouïe les bruits aux alentours, ne percevait aucun mouvement. Il ouvrit donc la porte, et poussait le brancard hors de la pièce, se dirigeant vers la morgue. Carlisle était à ses talons. Il faisait attention aux pensées, et pas de toutes les personnes présentes dans l’hôpital, et prenait la direction de la morgue, évitant tout humain sur leur chemin, prenant soin de prendre les coins sombre du lieu. Il voulait épargner tout supplice à Carlisle. Il stoppait Carlisle subitement, lui intimant de ne pas faire du bruit, laissant passer les deux employés de la morgue devant eux sans qu’ils les remarques, puis fit signe à Carlisle d’avancer. Ils pénétraient dans les lieux avec le cadavre, il verrouillait le lieu pour ne pas être déranger, et Edward pris soin de prendre toutes les affaires du défunt, de fouiller dans son téléphone afin de savoir si celui-ci avait une famille. Rien dans le téléphone, sur les réseaux sociaux, ce n’était qu’un pauvre homme bien seul dans sa vie, ne possédant pas grand-chose, brouillé avec sa famille. Il mit ses affaires avec lui, et bien qu’il n’était pas croyant, fit une prière pour son âme, disant quelques mots pour cet homme. Puis il mit en marche le crématorium, laissant le corps se consumer. Il se tournait vers Carlisle et lui disait doucement.

« - C’est fini, tu peux passer par la porte de derrière si tu veux, je déposerais ses cendres en forêt. Va retrouver Esmé, je vais aller prévenir tes collègues que tu te sens mal. Ils me connaissent bien ! »

☾ anesidora

_________________

I CAN'T LIVE WITHOUT YOU
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un Cullen de plus à tourner dingue    

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Cullen de plus à tourner dingue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Alice Cullen
» Je suis raide dingue, dingue de toi [PV]
» Rosalie Cullen
» Fait tourner la beuh, maaaaan (8) [PV Heaven Blackwood]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Deadly Hunters :: Forks :: Quartier Ouest :: Forks Community Hospital-
Sauter vers: