Intrigue en cours

Le réveil

Vous vous réveillez dans un monde inconnu, vous regardez autour de vous ne reconnaissant rien, ni personne. Qui êtes-vous ? Vous ne vous en rappelez même plus. Il fait sombre, il fait froid et vous vous sentez affamé et assoifé. Découvrez ce monde prison créait pour vous, Blackstone city.
Lire plus (2026) Lire plus (1942)

Nos membres à l'honneur

à adopter de toute urgence !

Petites annonces

19/09/2018 — Atelier écriture 3 venez ici pour y participer ...
19/09/2018 — Atelier écriture 2 venez ici pour y participer ...
10/09/2018 — Atelier écriture 1 venez ici pour y participer ...

Musique

©️linus pour Epicode
En bref
The Deadly HuntersConnexion

Partagez

descriptionUne fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz

Bonne fête Esmée.
Chéris ceux qui sont présents dans ta vie, car tu ne sais jamais à quel moment ils ne seront plus là.
Il était temps. Temps que tous les Cullen se retrouvent, qu'enfin ils soient tous réunis dans la même pièce. Car même si le monde s'était écroulé pour beaucoup, il fallait le reconstruire pas à pas, main dans la main. Et Edward était prêt à faire le premier pas pour tous le monde. Chacun avait vécut retrancher ces derniers temps, Alice était partie, tout comme Jasper. Emmett n'avait d'yeux que pour Rose en essayant de la reconquérir. Carlisle avait besoin d'être seul avec Esmée. Il ne restait que moi, à peu près solide, qui me ressourçait auprès de ma femme et de ma fille. Elles étaient mes piliers, ma raison de vivre, et sans elles, je me serais probablement noyé dans la tempête de ma famille. J'avais gardé pied, gardé le cap, et maintenant que le vent avait cessé, il était temps d'avancer. J'eus alors une idée, pas anodine, très commerciale, mais le but était de remotiver les troupes, de tous nous rassembler autour d'un élément commun, d'une personne plus qu'important dans nos vies : Esmée. Elle était la mère de ce groupe, notre guide, notre figure maternelle. La fête des mères était un instant propice au regroupement, à la cohésion. Il était temps qu'on se retrouve tous. Et ainsi faire un clin d’œil à ma douce Bella. Alors je fis les choses bien, commandant un traiteur pour ma fille, en faisant venir un décorateur d'extérieur. En deux temps, trois mouvements, le jardin se transformait en arche de Noé, avec des lumières de partout, des fleurs inondant chaque coin, chaque parcelle, des roses par milliers. Le buffet était installé, le champagne prêt à être ouvert. J'installais la sono, mis un son plutôt cosy, et filait m'habiller rapidement, optant pour une tenue décontracté (chemise, pantalon noir, chaussure italienne), puis envoyait à tous le monde le même message identique, espérant que tous le monde se prêterait au jeu.

Bonsoir la famille,
La tempête est passé, et il est tant que tous le monde se retrouvent. Je vous attends dans le jardin de la villa pour fêter ensemble un événement bien particulier, un élément qui nous rassemblera tous pour toujours. Je ne vous en dit pas plus. Retrouvez moi à la villa.

Bises.
Edward.

Le message envoyé, je servais autant de flûte de champagne qu'il n'y a de personne dans la famille, et vérifiait que les bouquets étaient bien cachés, afin que la surprise soit entière, puis me mit à faire les cents pas, attendant ma douce et belle famille.
code by bat'phanie

_________________

I CAN'T LIVE WITHOUT YOU


descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Une fête, mais pas n'importe laquelle  


Après ma discutions avec Rose je savais que je devais être près à tout pour la reconquérir vraiment a tout mais je me sens encore bien seul.

J'ai vu Alice et j'ai parlé avec elle mais je ne sais pas quoi en pensais la famille est plus vraiment la même on à pas était ensemble depuis cette réunion qui a mal tourner.

Je suis seul dans la foret sur un rocher a réfléchir à tout se qu'il à pu se passer depuis plusieurs année et regrette tout la seule chose que je voudrais c'est de retrouver ma Rose et ma famille pour de bon. Je suis dans mes pensées et la sonnerie de mon portable indique un message je le lis

Bonsoir la famille,
La tempête est passé, et il est tant que tous le monde se retrouvent. Je vous attends dans le jardin de la villa pour fêter ensemble un événement bien particulier, un élément qui nous rassemblera tous pour toujours. Je ne vous en dit pas plus. Retrouvez moi à la villa.

Bises.
Edward.

Au moment ou je pense a cela peut être que Edward a capter mes pensées pas possible je suis bien trop loin de la villa je pense que cette soirée tombe à pique pour que notre famille soit de nouveau tous ensemble je me lève et me dirige vers la villa.

J'arrive enfin devant la porte et entre et à vitesse vampirique je cours me changer et opte pour une tenu un peu plus classe.

Je descend enfin dans le grand salon et tombe sur Edward je lui souris et me tarde de savoir de quoi cette événement va nous changer

Salut Ed à je suis le premier à se que je voie

Je m'installe sur un canapé et le regarde faire les cent pas bizarrement je me sens un peu mal à l'aise j'ai peur de la suite ...

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. yhe ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.



descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Une fête mais, pas n'importe laquelle.
Apeine arrivée, je me sentais bizarrement comme à mon aise. A vrai dire, j’aurais vraiment cru devoir me faire à l’idée du regard de ma famille, de leur reproche concernant cette « fugue », de devoir même m’expliquer devant tous et de porter des excuses à n’en plus finir. Je savais les avoir blessé et inquiété et il fallait pour sûre en payer les pots cassés. Je m’étais préparée mille fois à ces retrouvailles, à mon retour en ville.  Pourtant, ce ne fut pas le cas ou tout du moins, pour le moment. Ils m’accueillaient tous avec beaucoup de plaisir et de joie. Je ne manquais pas de tous les serrer dans mes bras, les uns après les autres. Dieu seul sait comme ils m’avaient manqué malgré la situation qui m’avait poussé à fuir la ville, à les fuir.

« La plus belle. Tu m’as vraiment manqué mon petit lutin. Ça fait du bien de vous voir vraiment. » me dit-il tout en me lovant contre lui. Je ne manquais pas de me blottir contre lui, profitant de cet instant. Il m’avait tellement manqué aussi. Je serrai alors un peu plus l’étreinte avant même de lui déposer un nouveau bisou sur sa joue « Tu m’as manqué aussi mon frère. Je suis contente de te retrouver, de tous vous retrouver d’ailleurs. » Me laissant ensuite l’opportunité de rejoindre Emmett, je m’avançai donc vers lui le serrant fortement dans mes bras « Merci ma Lilice. Je suis heureux de te voir aussi » me dit-il. Je pris alors sa main, la serrant dans la mienne accompagnant ce geste d’un petit clin d’œil. Nous avions eu des discordes, et pourtant, je ne souhaitais plus lui en tenir rancœur. Après tout, nous étions certainement là pour nous retrouver, tous, les uns les autres non ? Alors enterrons la hache de guerre et faisons-en sorte de passer une bonne soirée ensemble.

Je m’installais donc non loin des jeunes hommes déjà présents, trépignant d’impatience de découvrir la suite des évènements. Laissant mes yeux se posées sur l’ensemble de cette maison, j’essayais tant bien que mal de déceler un petit détail dans le but de me laisser entrevoir ce qu’Edward nous avait concocté. J’avais toujours eu pour habitude de préparer moi-même les surprises, de gâter mes proches et à vrai dire, Edward avait pris le relai depuis quelques temps, prêt à tout pour réunir notre famille et je pense qu’il était le seul à vraiment réussir. Il mettait tellement corps et âme dans tout ça que ça en était toujours grandiose. Et par la même occasion, il savait pleinement dissimuler ses préparatifs. J’avais beau cherché, je ne voyais rien de bien changeant. C’est alors las de recherches que j’optais alors pour la patience à mon plus grand regret. Celle-ci se fit rapidement détourner à l’entrée de Bella dans la villa. Ma Bella, ma meilleure amie. Elle était là et j’étais tellement heureuse de la voir. Mon sourire se dessina instinctivement sur mes lèvres, mes yeux captivaient par ce petit bout de femme qui sautillait dans la maison. Un élan de Bonheur qui ne me manqua pas de me faire rire d’ailleurs. Elle se précipita rapidement vers moi, ne manquant pas de l’attraper dans mes bras et de la serrer du plus fort que je le pouvais. « Tu es toujours là… » me dit-elle. Ses paroles ne manquèrent pas de me nouer la gorge, consciente du mal que j’avais certainement dû lui faire en fuyant. Je la serrai un peu plus contre moi, embrassant tendrement sa joue « Je suis toujours là, oui. Et je le serai toujours, crois-moi. Je suis revenue pour de bon ma Bella. »

Elle se fit rapidement suivre par Carlisle et Esmée. Je fus vraiment heureuse de les savoir près de nous ce soir. Je savais qu’ils avaient souffert de tout ça, de toutes ces situations, de toutes ces querelles familiales. Il n’avait rien demandé et pourtant, ils avaient été initiés au creux de nos problèmes bien plus souvent que nous l’aurions certainement souhaité. Je les attrapais alors dans mes bras, honteuse de ce que j’avais fait et pourtant tellement fière de pouvoir me retrouver devant eux ce soir. Je ne déposai un tendre baiser sur leur joue à chacun, restant silencieuse. Je pense que je les respecterai plus de cette façon. J’en avais peut-être assez fait ces derniers temps pour oser en rajouter. Je restais donc près d’eux pendant quelques temps, gardant un bon moment la main de notre maman, dans la mienne puis finit par la laisser saluer le reste de la famille. « Ça me plaisir de vous voir, sachez-le. » dit-il suivi de près par Esmée qui rajouta « Ravie que vous soyez tous là ! ». Je les regardais, essayant de maintenir cette petite émotion qui se présentait non loin de mes yeux. J’inspirais et je soufflais le plus profondément possible, dans le but de la faire disparaître et profiter pleinement de ce moment.

Puis, l’intérieur de moi s’emballa plus rapidement que je ne l’aurais cru en sentant l’odeur de cette personne qui venait d’entrée à son tour dans la villa : Jasper. Je ne savais plus vraiment comment aller se passer cette soirée et pourtant, j’étais prête à me laisser « insulter » à nouveau pour que tous, puisse passer une bonne soirée en sa compagnie, en notre compagnie. Je ne manquais pas de voir la colère de Jasper apparaître quand il me vit dans les bras d’Emmett quelques minutes plus tôt. Rapidement, je m’approchais donc de lui, attrapant sa main, afin qu’il puisse fixer mon regard « Il s’agit d’Emmett, notre frère à tous les deux. Calme toi Jasper et fais-moi confiance… » dis-je dans un murmure, évitant alors d’angoisser le reste de la famille ou de les alerter à peine à notre arrivée. « Ou tout du moins, essaie de faire ce que tu peux pour me croire. Je vais t’aider. Je suis déjà contente de te savoir ici, parmi nous. Tu vas t’en sortir, ça va aller. » ajoutais-je en prenant timidement sa main dans la mienne, me postant à ses côtés, en voyant la famille arriver en notre direction. Je le laissais alors saluer l’ensemble des membres de la famille tandis qu’Edward en profiter pour lui présenter chaque personne déjà présente. Je ris à sa petite réplique concernant Nessie, ne manquant pas de déposer ma main sur l’épaule de Jasper pour le rassurer. Quand Nessie s’approcha, je la pris alors dans mes bras, déposant un tendre baiser dans ses cheveux, heureuse de la retrouver. « Ma Nièce, tu es tellement belle. Tu ressembles ta tante, tu le sais ça ? »

Puis, Rosalie fit son entrée « Je suis vraiment navrée, j’avais coupé mon téléphone. » dit-elle. Je ris à sa réplique, tout en m’approchant d’elle dans le but de lui attraper la main et de la faire tourner sur elle-même. « T’es magnifique ma sœur. »

(...) «  Si la famille veut bien me suivre à l’extérieur » ajouta-Edward dans le but de débuter la soirée qu’il avait préparé. Nous nous retrouvions alors, rapidement dans le jardin où un décor spectaculaire nous attendait. Je n’avais pas manqué d’emmener Jasper avec nous, essayant au maximum de le mettre à l’aise. Je lui chuchotais alors rapidement au creux de l’oreille « N’oublie pas que je suis là si besoin d’accord ? » puis, je lâchais cette dernière dans le but de le laisser libre de faire ce qu’il voulait. Je ne souhaitais pas le mettre mal à l’aise. Je me mis au centre du jardin, tournoyant sur moi-même dans le but d’admirer le fabuleux travail qu’il avait accompli. « Edward, c’est juste sublime, splendide magnifique ce que tu as fait seul ! Je vais devoir me méfier, tu deviens meilleure que ta sœurette mon cher » dis-je amusé, tapotant sur son épaule en riant.

Il se lança peu de temps plus tard, dans un magnifique discours nous déposant alors un magnifique bouquet dans les bras. Une larme tomba rapidement sur ma joue sans que je ne puisse m’en rendre compte. Je levais donc mon verre, envoyant un tendre baiser à mon frère puis ajouta tout en levant ma coupe « Je lève également mon verre à chacune de vous et notamment à Esmée pour sa patiente, son amour et son courage. Tu dois savoir que je t’aime, que nous t’aimons tous du plus profond de nous-même. Mais, je tenais également à le lever pour remercier Edward pour cette fabuleuse soirée qui commence. Merci pour tout ce que tu fais pour nous, tous. Je remercie Dieu de t’avoir mis sur notre route. Je ne pouvais pas rêver mieux comme frère. » dis-je en laissant mon verre se déposer contre chacun des autres. Puis, j’admirais l’audace qu’avais eu Emmett pour prononcer son discours, je pris alors sa main, la serrant dans la mienne pour le féliciter, laissant Rosalie lui répondre. Au fond de moi, j’étais contente de voir qu’elle acceptait le voyage avec lui. Elle avait raison, malgré tout le cadeau était peut-être trop tôt pour elle. Il était important pour elle de prendre son temps. Je m’approchais rapidement d’elle, caressant ses cheveux entre mes doigts, puis colla ma tête contre la sienne pour lui montrer ma compassion. Je savais qu’elle n’était pas aussi tactile que je ne pouvais l’être, mais pourtant j’apprécier réellement lui montrer mon amour. Je déposais donc mon verre contre le sien avant de lui donner un petit coup de fesse dans le but de la distraire de ses pensées péjoratives. Il fallait qu’elle puisse profiter de cette soirée à son tour et je comptais bien l’y aider. [/list]

Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Alice Cullen le Mer 20 Juin - 19:58, édité 4 fois

_________________
A lost heart.
Chaque personne que l'on s'autorise à aimer, est quelqu'un que l'on prend le risque de perdre. Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois, ça fait encore plus mal de décrocher... •°¤ Mags.


>

descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz




Bella & Famille

Installée sur le canapé aux côtés de Charlie, je faisais mine de m’intéresser au match de baseball que diffusait la télé. J’essayais de passer du temps avec mon père en ce moment, j’avais l’impression de le délaisser un peu. Et je voyais surtout les années creuser le visage de mon père, qui approchait déjà dangereusement de la retraite. Enfin, il n’avait pas l’air de s’y résigner pour le moment, et refusait d’y penser. Quoi qu’il en soit, je prenais de plus en plus conscience qu’il n’était pas éternel, et je pouvais parfois voir dans ses yeux que le contraste entre son vieillissement et mon âge figé dans le temps lui faisait quelque chose. L’immortalité avait ce défaut de nous arracher les êtres qui nous sont les plus chers... Heureusement que Sue était là, aux côtés de Charlie. Ils s’étaient bien trouvés, tous les deux, et je savais que mon père était entre de bonnes mains. Chassant mes sombres pensées, je piochai une chips dans le bol posé sur la table, et l’enfournai en tâchant d’ignorer le goût détestable qu’elle laissa dans ma bouche. Comment ces aliments que l’on pouvait adorer en tant qu’humain devenaient si difficiles à avaler une fois vampire ? Je ne pouvais pas dire que la nourriture humaine me manquait, mais c’était un phénomène qui me fascinait. Mais je faisais mon maximum pour dissimuler à Charlie le fait que je n’avais plus le même régime alimentaire qu’avant. Lorsque nous venions avec Edward et Nessie, nous tentions toujours de nous plier à l’exercice, ce qui était bien plus simple pour notre fille.

L’après-midi touchait à sa fin, tout comme le match. La vibration de mon portable me sortit de ma contemplation. Un message d’Edward, qu’il adressait visiblement à toute notre famille. Une occasion spéciale, apparemment. Je fronçai les sourcils, curieuse de découvrir ce qu’il mijotait. Mais je ne voulais pas laisser mon… « Vas-y. Embrasse ton vieux père et file. » Je tournai la tête vers lui. Il me fixait. « Tu lis mes messages par-dessus mon épaule, maintenant ? » rétorquai-je en haussant un sourcil. Il éluda d’un geste de la main avec un sourire. « Tu as subi ce match auquel je suis sûr que tu n’as rien compris de toute façon, alors je te libère avant la fin. Merci d’être passée. » Je baissai les yeux. Il n’avait pas tort. « Je reviens demain. » promis-je avant de me lever. Je déposai un baiser sur sa joue et sortis de la maison à vitesse humaine. Une fois dans ma voiture, je pris le chemin du cottage, tout en réfléchissant. Ça avait l’air important, selon Edward. Il y aurait sûrement tout le monde. Et surtout Alice. Ma sœur qui avait été absente pendant si longtemps. Elle était revenue quelques jours auparavant, et je l’avais serrée si fort dans mes bras que j’aurais pu la briser en deux. Sa présence était une raison de plus pour faire un effort vestimentaire, ce soir. Le jean et le pull qui m’avaient couverte toute la journée la feraient plutôt fuir qu’autre chose. Le trajet fut rapide, et une fois chez nous, je me postai devant le côté si peu utilisé de mon dressing. Avec un soupir, je fermai les yeux et tendis la main pour attraper le premier morceau de tissu qui se présenta. Une petite robe noire, rien de trop rocambolesque, ça ferait sûrement l’affaire. J’ignorai volontairement les robes de cocktail qui la jouxtaient et enfilai le vêtement, que j’agrémentai d’un collant et d’une… paire d’escarpins, encore une fois la première que je trouvai. Si avec tous ces efforts je n’arrachais pas un moins un compliment à Alice… Je fis quelques pas avec appréhension, mais ma condition vampirique ne me donnait plus le manque d’équilibre comme excuse pour ne pas porter ces engins de torture. Je jetai un rapide coup d’œil dans le miroir, refusant de m’avouer que j’étais plutôt fière de moi, et repris la voiture en direction de la villa. J’aurais pu marcher, mais ces satanés talons n’auraient pas apprécié de labourer le sol de la forêt.

Avant même d’apercevoir la villa, je pouvais entendre la musique et des voix que je reconnus très clairement. Emmett et Alice étaient déjà là, avec Edward bien sûr. Je me garai et coupai le moteur, sentant leur odeur lorsque je descendis. Je survolai les marches d’un seul bond, trop heureuse pour me comporter comme une humaine. Edward avait eu une excellente idée d’organiser cette soirée, même si je ne savais pas encore de quoi il s’agissait. Je me demandai d’ailleurs pourquoi je n’étais pas dans la confidence, mais je connaissais son penchant pour les surprises. Quoi qu’il en soit, cela permettrait à tout le monde de se retrouver, et c’était exactement ce dont nous avions tous besoin. En entrant, c’est bien sûr vers Alice, scintillante dans sa robe, que je fonçai en premier, la prenant dans mes bras avec douceur. « Tu es toujours là… » soufflai-je comme si j’en avais douté. J’embrassai sa joue avant de reculer avec un sourire, réellement heureuse. Puis je me tournai vers Emmett, que je pris aussi dans mes bras avant de lui ébouriffer les cheveux dans un éclat de rire. J’avais tenté de lui apporter tout mon soutien dans cette histoire avec Rose, parce que j’avais voulu rester neutre et soutenir tout le monde. Je lui lançai un regard encourageant, j’espérais sincèrement qu’ils se rabibochent une bonne fois pour toutes. Enfin, je posai les yeux sur mon mari, ce dont je m’étais abstenue jusque-là pour ne pas me laisser distraire. Comme toujours, il était à se damner. Je le rejoignis en une enjambée, déposant un baiser furtif sur ses lèvres. Ma main se glissa instinctivement dans la sienne. « Qu’est-ce que tu nous mijotes ? » murmurai-je avec un sourire avant de jeter un œil au jardin que j’avais pu voir à travers la baie vitrée. Les myriades de fleurs qui ornaient le terrain nous offraient un spectacle à couper le souffle. Un buffet avait été dressé, des coupes de champagne nous attendaient. Des petites lumières étaient disséminées çà et là pour enjoliver l’espace. C’était féerique. Je passai la baie vitrée et descendis les quelques marches qui nous séparaient du jardin, entraînant Edward derrière moi, lui adressant un regard émerveillé. « Wouah, c’est dingue ! » Je ne savais toujours pas de quoi il s’agissait, mais je savais que ça allait être parfait.
BY .SOULMATES

_________________
But love doesn’t make sense.
And so the lion fell in love with the lamb… he murmured. I looked away, hiding my eyes as I thrilled to the word. What a stupid lamb, I sighed. What a sick, masochistic lion.

descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Cullen Coven
Bonne fête Esmée


Notre voyage en Italie m'a fait du bien. Un bien fou même. Me retrouver seul avec Esmée et me sortir les derniers évènements de la tête a été la meilleure chose qui me soit arrivée ces dernières semaines. Accessoirement, de manière un peu égoïste, j'en ai un peu profité pour oublier les tracas et l"inquiétude que me causent les enfants, pour ne pas dire que j'ai oublié les enfants. De retour à Forks, j'ai pu remarquer que chacun faisait de grands efforts pour éviter les autres, et menait sa vie de son coté. Avec de légères améliorations cependant, ce qui m'a permis de constater que les enfants n'ont plus 16ans et peuvent régler leurs histoires sans que j'ai à y interférer, ce qui n'est pas un mal pour ma santé mentale.

Aujourd'hui, j'ai décidé d'emmener Esmée en ville, sous le ciel nuageux de Forks, et flâner un peu pendant que je cherche encore le moyen de demander aux enfants de laisser de coté leurs querelles du moment pour offrir cette journée à leur mère. Pour le moment, mon cadeau à mon épouse n'est qu'une rose unique, belle de simplicité et de pureté, mais certes pas aussi ravissante que la femme à qui elle est destinée. Pour le reste... nos portables sonnent, et je jette un regard rapide à mon écran pour savoir ce qu'il en est. Message envoyé par Edward. Les grands esprits se rencontrent, même si mon fils a franchi le pas que je n'ai pas encore franchi moi-même. Je songerais à le remercier.

"Et bien, il semblerait que nous soyons attendus à la maison. J'ignore ce qui s'y trame. Viens, allons le découvrir."

Je lui souris et prend sa main dans la mienne avant que nous ne nous dirigions vers la voiture, puis vers la villa, où mon ouïe m'apprend que nous ne sommes pas les premiers arrivants. Edward, Bella, Emmett et Alice. Je gare la voiture devant la propriété avant de rejoindre la maison, serrer rapidement Alice dans mes bras, saluer Bella et Emmett et me rapprocher de Edward, que je remercie intérieurement de son initiative. J'ignore le fin mot de son histoire, mais le simple fait de suggérer cette réunion était une bonne idée, et le meilleur cadeau qu'il puisse offrir à sa mère.

"Ça me fait plaisir de vous voir là, sachez le."
AVENGEDINCHAINS


(bon, c'court, mais à la 5eme coupure de courant "perte de la moitié du texte", j'ai abandonné l'idée de faire long xD)

_________________
+we sloow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.




descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Jasper vagabondait dans la forêt depuis sa rencontre avec l'autre jeune Vampire. Et depuis cette rencontre, celle qui s'était présentée comme étant sa femme et se prénommant Alice n'arrêtait pas de lui envoyer des SMS. SMS qu'il ignorait, ne voulant pas lui répondre. Parce que les preuves étaient accablantes. Elle avait raison sur toute la ligne. Sauf que lui n'avait aucune conscience de son passé avec elle. Et il était mort de trouille. D'autant que d'après les paroles de la brune, il l'avait fait souffrir avec une autre femme. Et qu'il continuait de la faire souffrir en ne se souvenant pas d'elle... Alors, il restait dans les environs de la forêt, se nourrissant de chaque humain randonnant dans le coin, la douleur à sa gorge ne se calmant jamais... Et le pire restait aussi les émotions néfastes qu'il ressentait lorsqu'il tuait ses victimes...

Ce jour là, son portable se mit à vibrer encore une fois et Jasper n'y prêta pas attention. C'était sûrement Alice qui lui envoyait quelque chose, comme à son habitude. A cette pensée, il toucha son alliance, qu'il avait passé autour de son cou, à une chaîne en argent, se demandant s'il ne devait pas au moins aller la voir pour la rassurer un peu. Est-ce-que c'était ce que le Jasper non violent qu'elle connaissait aurait fait ? Il n'en savait rien en réalité.

Il sortit donc son portable, dans l'idée de lui dire qu'il passerait la voir dans la journée, avant de voir un message d'un dénommé "Eddie". Il arqua alors les sourcils, l'ouvrant avant de lire :

Bonsoir la famille,
La tempête est passé, et il est temps que tout le monde se retrouve. Je vous attends dans le jardin de la villa pour fêter ensemble, un événement bien particulier, un élément qui nous rassemblera tous pour toujours. Je ne vous en dis pas plus. Retrouvez-moi à la villa. Bises. Edward.


Edward... Le blond se remémora sa conversation avec Alice quelques jours plus tôt. Elle lui avait parlé d'une famille. Edward en faisait partie. Mais si cette famille existait, pourquoi ne l'avait-elle pas cherché alors ? Peut-être n'était-il pas aimé au final ? Il poussa un soupir, passant sa main dans ses cheveux, avant de se diriger vers la grande villa, non loin, ne sachant pas vraiment quel accueil il allait avoir.

Il rentra un peu à l'improviste dans les lieux, restant sur ses gardes alors que l'ensemble de la famille était là. Son regard se posa alors sur Alice, dans les bras d'un autre que lui. Il ne pût s'empêcher de grogner doucement à l'intention du gros costaud, tout en posant l'une de ses mains sur l'alliance qui trônait toujours autour de son cou, envoyant sans le vouloir sa méfiance à tout le monde. Il y avait beaucoup trop de personnes à son goût...

_________________

descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Une fête, mais pas n'importe laquelle
PV Famille Cullen


Avec qui pensez-vous que je me trouvais lorsque la vibration de mon portable m'annonça l'arrivée d'un nouveau message ? Jake, mon loup, vous l'avez bien deviné. C'est avec lui que je passais le plus clair de mon temps, plus encore depuis ce qu'on pourrait appeler l'éclatement du clan Cullen. Autant dire que rien n'était plus comme avant dans ma famille. Chacun sembler s'éviter… C'est du moins l'effet que ça me faisait. C'était mes oncles et mes tantes dispersés ici et là, grand-père et grand-mère lassés au point de s'exiler en Italie. Il n'y avait qu'auprès de mes parents que je retrouvais un semblant d'existence normale et stable.

Par chance, il y avait Jake. Jacob, par son réconfort, par ce qu'il était tout simplement, m'avait grandement aidé à me changer les idées. Sa présence à elle seule non seulement m'apaisait, mais me "raccrochait à la vie".  Ironique pour une hybride, me direz-vous. Tout ça pour dire qu'il m'avait sauvé d'une déprime certaine.  Il fallait dire aussi que mes sentiments à son égard s'étaient nettement clarifiés tout comme les siens vis-à-vis moi. Avec lui, je découvrais peu à peu des sensations qui jusque là m'avaient été inconnues, mais ô combien rêvées.  

Blottit dans la chaleur des bras de Jake, je saisis mon portable lorsque ce dernier se mit à vibrer. Je fronçai le regard, ce qui intrigua mon loup.


"C'est mon père…" lui dis-je, moi-même intriguée par le message que je venais de recevoir. "Toute la famille est conviée à la villa de mes grands-parents pour fêter un événement particulier." Bizarrement, l'idée qu'on se réunisse pour la fête des mères ne m'avait pas traversé l'esprit. Avec les récents événements, je m'inquiétais de cette fête de famille. J'avais des appréhensions…

C'était un peu – beaucoup - à contre-cœur que j'ai laissé Jake pour rentrer chez moi et me doucher un peu, question de ne pas taquiner l'odorat sensible de ma vampire de famille. Je savais que ma relation avec Jake n'était pas appréciée de tous.

J'arrivai ainsi à la villa après ma mère, toute discrète, cherchant instinctivement mon père du regard. Ça me faisait tout drôle de me retrouver avec ma famille.

Mes appréhensions se dissipèrent toutefois peu à peu en voyant le décor. Des lumières, des fleurs à perte de vue, de la musique d'ambiance et... Un buffet ? Je compris que ce dernier détail m'était destiné ce qui me gênait quelque peu, car je savais éperdument que j'allais être la seule à en profiter.


Made by Neon Demon


Spoiler :
Sorry, c'est un peu court... Après près de deux mois sans rp, faut que je reprenne tranquillement mes repères.

descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Les Cullen

Une fête mais pas n'importe laquelle


Carlisle et moi sommes rentrés voilà quelques jours, de notre séjour en Italie. Je me sens apaisée. J'ai retrouvé la majorité de mes enfants, même si ce n'était pas en même temps, puisqu'ils font tout pour s'éviter. J'avais pu parler avec Alice, qui avait évoqué les soucis de mémoires de Jasper. Rosalie qui essayé d'y voir un peu plus clair, sans compter Emmett qui faisait tout pour la retrouver. Ne restait plus que Edward, Bella et Nessie pour tenir la barque.

Ma journée avait plutôt bien commencé, pour ne pas dire très bien! Carlisle m'avait offert une rose. Je n'y avais pas trouvé de raison, mais il nous arrivait de nous faire des présents sans raison apparente. Il me propose une sortie en ville et là tout me semble plus claire. Il y a des "bonnes fêtes des mères" sur toutes les devantures de magasins. Je n'y avais pas vraiment fait attention puisque nous étions partit en vacances et que la fête des mères en là-bas, ne tombe pas comme ici et que depuis mon retour j'avais eu d'autres choses auxquels penser.
Je le regarde un instant pour savoir si je dois cette fleur à cette journée un peu spécial, je comprend bien vite que oui. Je l'embrasse. Je prends sa main et nous continuons à nous promener.
Nos téléphones sonnent. Il s'agit d'Edward. Il nous propose une soirée afin de tous nous retrouver à l'occasion d'un événement spécial. une fois de plus je ne songe pas à la fête des mères, après tout, ils avaient tous bien d'autres choses à penser. Nous nous redirigeons donc vers la villa. Une fois arrivés, nous nous dirigeons directement vers le salon.

Tout le monde est là quasiment. J'embrasse tout le monde, très heureuse de les voir et leur fait à tous mon plus beau sourire.. Derrière nous arrive Jasper puis Renesmée. Alice m'a dit qu'il ne ne se souvenait pas de nous, mais j'esquisse un pas vers lui avant de m'en souvenir et de me retenir. Je ne tiens pas à l'effrayer ou à le repousser, plus qu'il n'a déjà l'air de l'être. Je vais donc vers Nessie pour l'embrasser et la serrer contre moi, je crois qu'elle a le droit à une dose supplémentaire de câlin et bisous que je n'ose pas donner à Jasper dans son état.

- Ravie que vous soyez tous là! Merci Edward de nous avoir réunis ce soir! C'est splendide ce que tu as fait!  
AVENGEDINCHAINS

_________________
† “L’amour est emportement L’amour est enthousiasme L’amour est risque.”



descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Les Cullen

Une fête mais pas n'importe laquelle


Mes journées se ramenaient uniquement à chasser, broyer du noir et lire afin de m'occuper l'esprit. Je ne savasi plus ce que je devais ou pas faire en ce qui concerne Emmett. Il avait l'air désespéré, mais je ne pouvais lui pardonner aussi facilement. Je passais mon temps à l'imaginer dans les bras de cette femme, cette femme immonde. Comment pouvait-on se regarder dans une glace lorsque l'on couchait avec un homme marié ?
Et lui, comment avait-il pu me faire ça. Je ne comprenais toujours pas allant parfois même jusqu'à me blâmer de ne pas suffir à sa vie amoureuse.

Aujourd'hui mon activité avait été rapidement choisi, j'avais besoin de détendre mes nerfs et pour ce faire, je m'étais rendu en foret pleine d'entrain et surtout prête à démolire quelques parois rocheuses et choses diverses qui se trouveraient sur mon passage. Je m'étais déjà bien défoulé lors que je pris mon téléphone pour voir l'heure qu'il était. J'avais coupé la sonnerie afin de pouvoir être tranquille et je pus constaté que j'avais reçu un sms d'Edward.

Bonsoir la famille,
La tempête est passé, et il est tant que tous le monde se retrouvent. Je vous attends dans le jardin de la villa pour fêter ensemble un événement bien particulier, un élément qui nous rassemblera tous pour toujours. Je ne vous en dit pas plus. Retrouvez moi à la villa.

Bises.
Edward.

Mince, la fête des mères, j'avais complètement oublié et j'allais surement arrivé la dernière. Je me mis à courir à vitesse vampirique vers la Villa. J'avais envie de faire plaisir à Esmée, tout ces problèmes de famille la rongeait tout comme Carlisle et j'étais désolé qui subisse les conséquences des mauvais actes de leur enfant.
Peut-être que ce rassemblement leur permettrait de se sentir un peu mieux.
Lorsque j'entrais dans la ville, tout le monde était déjà présent et je me flageallais intérieurement pour mon retard.

- Je suis vraiment navrée, j'avais coupé mon téléphone.  

AVENGEDINCHAINS

descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz

Bonne fête Esmée.
Chéris ceux qui sont présents dans ta vie, car tu ne sais jamais à quel moment ils ne seront plus là.
Tout était si calme, si silencieux depuis quelques temps. Il n’y avait plus aucune pensée à écouter, plus aucun cœur mort dans la villa familiale. Tous les membres de la famille l’avait quitté pour se reconstruire, restait que Bella et moi pour protéger le sanctuaire familiale. Je ne regrettais pas vraiment ce silence inhabituel, car je savais que tout le monde avait besoin de se ressourcer après cette tempête, et ne plus entendre la peine de chaque membre de la famille me faisait beaucoup de bien. J’avais su reprendre pied grâce à ma douce Bella, et à jamais je lui serais reconnaissant de m’avoir aidé dans cet étape. Il ne m’en restait qu’une à franchir, et je savais qu’elle serait la prochaine. En attendant, je voulais que ma famille se ressoude comme jamais, et cette fête était le meilleur moyen. J’ignorais s’ils étaient revenus, j’espérais juste qu’ils ne soient tous pas très loin, j’avais tant travaillé pour que tout soit parfait. Je ne savais pas vraiment si c’était le bon moment – y’en avait-il seulement un ? – Je sentais juste qu’il était temps d’agiter le drapeau blanc et d’être ensemble pour de bon. La musique était en fond, les lumières scintillantes, les fleurs éclatantes, la décoration de toute beauté, mais aucune voix intérieure ne me parvenait, le stress me gagnait peu à peu… Et si personne ne venait ? Je soupirais, ce qui était inutile pour mes poumons morts, et quand je m’apprêtais à entrer dans la nervosité, j’entendis la voix intérieur d’Emmett, ce qui me redonnait un peu de courage, un sourire éclatant quand il me saluait, et je venais vers lui, le prenant dans mes bras, content qu’il soit présent.

« - Bon dieu Em’, ce que ça me fait plaisir de te voir. Tu m’as manqué mon frère. »

La voix intérieur d’Emmett résonnait en moi, quelque chose de bénéfique, et ça me faisait tellement bien de réentendre la voix familière de ce bourru d’Emmett. Malgré tout ce qui avait pu se passer, j’étais heureux qu’il soit là. Une seconde voix intérieure venait à mes oreilles, et des plus familières. Des pensées entourant du shopping, d’une nouvelle vie. Alice. Mon cœur mort semblait revivre, à peine ai-je eu le temps de prendre Emmett dans mes bras, et de discuter avec lui qu’elle pointait le bout de son nez. Je regardais dans sa direction, le sourire aux lèvres.

« - La plus belle. »

Je la réceptionnais dans mes bras, la serrant fortement contre moi, tant j’étais heureux de la retrouver.

« - Tu m’as tant manqué mon petit lutin. Ça fait du bien de vous voir vraiment. »

J’étais sincère, bien plus que je ne l’avais jamais été. Je regardais Em’, puis Alice, lui plantait un baiser sur la joue puis la laissait rejoindre Emmett, le sourire indélébile sur les lèvres. La soirée s’annonçait bien mieux que je ne le pensais. Encore plus quand le bruit de notre voiture entrait dans le périmètre. Cette odeur, cette voix, ce rire, ce silence propre à elle. Ma douce et belle Bella. Mon cœur semblait vouloir s’envoler, car tout ceci était aussi pour elle, et j’adorais voir la joie dans ses yeux. Je savais que ces derniers temps avait été dure pour elle, elle méritait tout ça, autant que les autres membres de la famille. Quand elle entrait dans la pièce, c’était comme si le monde ne tournait qu’autour d’elle, et mes yeux restaient posés sur elle, tant elle était en beauté ce soir. La voir si heureuse m’emplissait de joie. Je la réceptionnais après qu’elle est embrassé ses frères et sœurs, et je lui rendais son chaste baiser, me mordant les lèvres, n’ayant d’yeux que pour elle.

« - Ha ha, c’est une surprise ma Bella, que tu sauras bientôt… En même temps que les autres. Pas de passe droit cette fois !»

Puis ses yeux se posaient sur le jardin, et je vis dans son regard la féerie, la magie d’un moment exceptionnel, elle m’y trainait, les étoiles pleins les yeux, et j’éclatais de rire. Je la pris contre moi pour un câlin digne de ce nom, l’embrassant sur le front, la remerciant du regard de tout ce qu’elle pouvait m’apporter. Je caressais ses cheveux tendrement, puis déposait un véritable baiser sur ses lèvres. J’aurais pu être coupé du monde dans ses bras, mais je savais que du monde nous attendais. Je déposais un baiser sur son nez, puis la ramenait à l’intérieur en compagnie d’Alice et d’Emmett. Une nouvelle voix me parvenait à l’esprit. Une de celle qu’on n’oublie jamais. Carlisle. Ce père providentiel, ce père qui a failli tourné fou pour nous. Un être dévoué à sa famille entière, il était ce modèle qui me faisait tant rêver, et le revoir me fit un bien phénoménal. Je lui fis un sourire quand il entrait dans la pièce, serrant la main de ma Bella. Il semblait mieux, plus en paix avec lui-même, et je lui fit un signe de la tête quand il me remerciait intérieurement. Je me mordais la lèvre, si heureux.

« - Je crois qu’on est tous aussi content de te revoir. Merci Carlisle d’être revenu. »

Puis des pensées complètement perdues lui venait à l’oreille, une voix qu’il connaissait par cœur. Jasper. Et à entendre ses pensées, je compris immédiatement que quelque chose c’était produit dans la vie de Jasper, le conduisant à une amnésie. Je déposais un bref baiser sur la main de Bella, puis allait à la rencontre de Jasper, calme, serein, voulant d’une soirée détendue. Il allait réapprendre, et ça allait commencer par des nouvelles présentations. Je me mettais face à lui, et calmement prenait les choses en main.

« - Jasper… Je suis Edward, ton frère adoptif. Tout va bien. J’ignore ce qu’il t’est arrivé, mais ici tu es chez toi. Je peux entendre que tu connais Alice, elle est avec Emmett, qui est ton deuxième frère adoptif. ‘Je lui montrais du doigt chaque personne de la famille.’ Là-bas tu as Carlisle, qui est comme notre père à tous. Isabella, qui est ma femme. Et celle qui arrive, c’est Nessie ma fille. Une hybride, et elle ne se mange pas. »

Je lui fit un sourire, voulant qu’il se détende un peu, et lui montrait avec mes émotions qu’il n’avait rien à craindre ici. J’espérais juste qu’il ne fasse pas d’esclandre, qu’il saurait se tenir, mais connaissant Jasper et les situations qu’il avait vécu, il s’aurait faire face. J’attrapais au vol ma fille qui venait de faire son entrée toute timide, déposant un baiser sur sa joue, puis l’envoyait dans les bras de sa mère, la sachant protéger dans l’enceinte de ses bras. Non pas que je n’ai pas confiance, mais sait-on jamais, Jasper était instable. Je restais à sa proximité, quand ma mère fit son apparition. Je déposais un baiser sur sa joue puis la laissait embrasser chacun de ses enfants. Je sentais dans ses pensées qu’elle était heureuse de nous retrouver, et je rayonnais à l’idée de la rendre heureuse une fois de plus. Elle s’arrêtait à la hauteur de Jasper, et je lui disais alors, tout aussi calmement.

« - ça c’est Esmée. Notre mère. La plus belle qui soit. »

Je remerciais Esmée de la tête, et lui fit un clin d’œil.

« - Merci M’man, c’est fait de bon cœur. »


Puis me vint à l’esprit les pensées de Rosalie. Je riais, elle qui pensait être en retard, si seulement elle savait que tous le monde arrivait au même moment. Je l’attrapais au vol quand elle entrait dans la pièce, lui déposait un baiser sur la joue, et lui murmurait.

« - T’es pas en retard, ils viennent juste d’arriver. »

Je la relâchais puis la montrait à Jasper. J’espèrais que tous le monde comprenait ma démarche, qu’ainsi il n’aurait pas à se justifier.

« - ça c’est Rosalie, ta deuxième sœur, la conjointe d’Emmett. Aux yeux de tous, elle est ta jumelle, car vous vous ressemblez dans beaucoup de domaine. »

Je riais intérieurement de ce commentaire, car ils avaient tous deux des caractères de cochons, et personne ne pouvait me contredire. Je regardais Jasper, essayant de le rassurer au maximum, puis me rapprochais de l’assemblée, tout souriant.

« - Si la famille veut bien me suivre à l’extérieur. »

Je prenais les devants, prenant ma femme et ma fille dans chacune de mes mains, les conduisant à l’extérieur de la villa. Je les relâchait puis à vitesse vampirique donnait une flute de champagne à tous le monde, y comprit à ma fille – tout en lui déposant un baiser sur le front- puis pris la parole devant eux.

« - Merci à tous d’avoir répondu présent à mon appel. Je sais qu’on a traversé des épreuves terribles ces derniers temps, mais je suis aussi persuadé qu’on va tous s’en sortir, encore plus soudé que par le passé. Sachez que vous m’avez manqué, tous autant que vous êtes, et que sans chacun d’entre vous, la famille Cullen ne serait pas ce qu’elle est. Je voudrais porter un toast à la famille d’abord… Et puis à une occasion particulière. Ce qui nous réunit ce soir c’est l’amour d’une famille, mais surtout… L’amour d’une mère. Je voudrais qu’on souhaite tous ensemble une joyeuse fête à un de nos piliers dans cette famille, à cette mère aimant qu’est notre Belle Esmée… Bonne fête Maman… ‘ Je la regardais avec plein d’amour dans les yeux, levant mon verre vers elle ‘ Mais aussi à notre douce Bella, qui est la plus belle des mères pour notre Nessie. Bonne fête mon amour ! ‘ Je levais mon verre dans sa direction avant d’enchaîner ‘ Et plus globalement souhaitant une joyeuse fête à toutes les femmes ici présentes, car sans elle, nous ne serions pas ce que nous sommes. Bonne fêtes à vous Mesdames, cette soirée est pour vous. »

Je levais mon verre vers elles toutes, puis posait mon verre furtivement pour me rendre vers l’arrière du buffet. Je pris l’énorme bouquet composé d’une centaine de roses rouges que je tendais à Esmée, déposant un énorme baiser sur sa joue, puis donnait un bouquet de roses rouges- un peu moins gros- à ma femme, l’embrassant avec dévotion. Ma Nessie eut droit à son baiser sur le nez et à sa rose rouge. Je filais ensuite vers mon lutin, lui tendant un bouquet emplis de roses colorés de mille feux, et lui déposant un baiser sur sa joue. Je filais ensuite vers la douce Rosalie, lui tendant un bouquet dans les tons violines, l’embrassant à son tour. Je filais reprendre mon verre dans la foulée, et le levait en signe commun.

« - Au Cullen, et en ce jour unique. »

Mon sourire était si grand, mon cœur si heureux, je savais que désormais, tout redeviendrais comme avant, du moins, je l’espérais.

code by bat'phanie

_________________

I CAN'T LIVE WITHOUT YOU


descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Une fête, mais pas n'importe laquelle  


J'ai recu un message de Ed qui nous demande de venir le rejoindre à la Villa pour la fêtes des mère et bien sur pour se retrouver en famille et pour Esmée je vais être bien présent.

Je me suis mis sur mon 31 et j'ai rejoint Edward en bas je suis le premier

Salut Ed oui sa fait aussi plaisir de te voir toi aussi tu ma manqué


mais sa ne dure pas longtemps car ma lilice arrive ensuite et viens vers moi et m'embrasse sur la joue entre nous sa va tellement mieux notre discutions à était bénéfique et j'en suis des plus heureux mais quand au reste de la famille je ne le sais pas encore .

Merci ma Lilice je suis heureux de te voir aussi


Bella arrive ensuite elle viens m'embrasser aussi je lui souris et l'embrasse en retour. C'est ensuite au tour de Carlisle d'arriver il est heureux de nous voir ici je reste assez silencieux cette honte est encore présente.

La c'est Jasper qui rentre mais un Jasper perdu je ne le reconnais pas il s'approche même pas de nous et me grogne limite dessus je ne comprend rien mais je ne cherche pas à comprendre sur le moment nous ne sommes pas la pour cela.

La arrive ma petite nièce chérie qui est enfin revenu de chez Jacob sa fait bien longtemps que je ne les pas vu je lui souris aussi elle reste discrète je la comprend j'en fait aussi de même et je redoute déjà l'arrivé de Rose.

Voici enfin la reine de notre soirée notre mère Esmée elle viens vers nous embrasser un par un je suis bien heureux de la voir notre rayon de soleil a tous celle qui est toujours la pour nous mais la il manque Rose je me demande vraiment si elle va venir .

Mais enfin la voila je la regarde mais elle ne me regarde pas elle se croit en retard mais non je ne dit rien et la regarde .

Je regarde Ed parler a Jasper et comprend que il y a un problème il serai devenu amnésique mais je ne veux pas m'attarder la dessus sur le moment je crois que cette soirée risque de pas se passer comme prévu à cause de cela alors je préfère profiter du moment de calme avant la tempête.

Ed nous demande de le suivre dans le jardin et je me retrouve avec une flûte de champagne dans les main j'écoute son discours et j'approuve totalement son idée nous sommes une vrai famille depuis tellement d'année pourquoi j'ai failli tout foutre en l'air pour une fille moi je me maudis encore pour cela je regarde Rose je sens toujours cette colère pourtant j'ai dit que je serai près a tout pour la reconquérir et je me demande si ...mais Ed me coupe dans mes pensées en trinquant

Je me rend compte aussi que Ed à offert des Rose à toute les filles présente je trouve se geste merveilleux j'admire ma Rose avec son bouquet de Rose à la main apparemment ravi se geste de son frère je la lâche pas des yeux.

Je voudrais prendre la parole déjà je voudrais m'excuser pour tout le mal que j'ai pu causer dans cette famille j'ai merder je l'avoue et je me suis rendu compte que vous êtes tellement plus important que cela pour moi que une simple ....non peu importe je raye cette erreur de ma tète pour toujours si je pouvais revenir en arrière je le ferrais vous êtes les meilleurs vous êtes ma famille et puis il y a une qui compte encore plus pour moi aussi et je voudrais que elle comprenne que je ne souhaite que son pardon et surtout que je tien que à elle


Je me dirige vers Rose et lui tend une boite avec un cadeau à l'intérieur je ne sais pas si elle va accepter mais je me jette à l'eau si elle refuse je me prendrais une belle honte devant la famille mais d'un certain côté je l'aurais mériter car je lui est fait bien plus de mal
Dans cette boite se trouve son alliance et un voyage pour deux sur une Iles desserte pas loin de l’Australie.

Je veux reprendre un nouveau départ avec elle, je veux changer d'air et surtout faire oublier cette histoire pour de bon l'envoyer de nos tète pour toujours je la regarde dans les yeux.

Je t'en pris accepte ce présent Rose ...







Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. yhe ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.



descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Les Cullen

Une fête mais pas n'importe laquelle


Je fus heureuse de tous les retrouver, presque tous. Rapidement, Edward vint à ma rencontre et me prit dans ses bras. Evidemment, il avait eu vent de mes pensées et me rassurer quand au retard que je pensais avoir.
Il me présenta à Jasper qui avait perdu la mémoire et je devais dire que cette situation m'attristait. Nous nous étions toujours lié. Nous étions tous deux des personnes qui n'était pas forcément ouverte aux humains et à ce titre, nous nous soutenions.
Je savais que Jasper était sensible à nos émotions, et j'essayais tant bien que mal de lui transmettre soutien et réconfort. Edward nous demanda de lui suivre à l'extérieur ce que nous fîmes tous. A peine à l'extérieur, chaqu'un eu le droit à sa coupe de champagne. Ce moment était digne d'Edward, pour sa famille, il était toujours prêt à tout.
J'écoutais son discour qui m'émue aux larmes si j'aurais pu en avoir évidemment. Esmée était un pilier de cette famille et, elle ne méritait pas de voir ses enfants se déchiraient. En même temps, cette fête annuelle, me rappeler toujours la malédiction que je devais porter de ne jamais pouvoir enfanter.
Nous levions tous notre verre à ce jour spécial, à ce jour où nous devions plus que jamais être uni, certes pour Esmée, mais également pour Jasper.
Lorsqu'Edward nous offrit ses fleurs, il était si adorable, mon frère, il était mon frère depuis plus longtemps que n'importe qui ici et malgré nos disputes, je ne pouvais vivre sans lui et sans cette famille.

- Au Cullen, à Esmée, notre mère que nous aimons et à Edward pour avoir fait une si belle réception et un si beau discours.

Alors que nous étions tous en train de célébrer, Emmett prit la parole. Qu'allait-il annoncer cette fois, une nouvelle maîtresse à sortir du placard peut-être ? J'essayais de concerver mon calme, pour Esmée, pour Jasper et surtout pour Edward qui s'était donné tant de mal. Comme à son habitude depuis quelques temps, il se confondait en excuse, je ne savais pas si il faisait ça pour réellement s'excuser ou si c'était pour se faire plaindre. Parfois, mon coeur me disait de le réconforter quand mon esprit me raisonnait pour me dire de lui mettre une bonne paire de gifle. Une bataille intérieure qui finissait souvent en ignorance de sa personne. J'écoutais à moitié son discours, lorsqu'il commençait à s'approcher de moi et me tendit une boîte. Voila qu'il fallait être séparer et m'avoir tromper pour m'offrir un présent. Devrais-je accepter ? Je m'étais promis de ne pas faire de peine à Esmée et de respecter ce qu'avais fait Edward aujourd'hui et si je refusais se serait tout le contraire. Bien sur, cette abruti de mari avait choisi de me prendre au piège. 

- Pour le moment tu vas garder cette alliance, je ne suis pas encore prête, mais je veux bien partir en voyage avec toi. Peut-être que seuls, nous pourrons comprendre tes erreurs.

Je vins ensuite lui chuchoter à l'oreille de façon à ce que nous soyons seul à entendre.

- Et puis je tiens pas à faire de peine à Esmée et à gacher la fête préparée par Edward. En tout cas, ne crois pas que tu es pardonné.

AVENGEDINCHAINS

descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Une fête mais, pas n'importe laquelle.
Apeine arrivée, je me sentais bizarrement comme à mon aise. A vrai dire, j’aurais vraiment cru devoir me faire à l’idée du regard de ma famille, de leur reproche concernant cette « fugue », de devoir même m’expliquer devant tous et de porter des excuses à n’en plus finir. Je savais les avoir blessé et inquiété et il fallait pour sûre en payer les pots cassés. Je m’étais préparée mille fois à ces retrouvailles, à mon retour en ville.  Pourtant, ce ne fut pas le cas ou tout du moins, pour le moment. Ils m’accueillaient tous avec beaucoup de plaisir et de joie. Je ne manquais pas de tous les serrer dans mes bras, les uns après les autres. Dieu seul sait comme ils m’avaient manqué malgré la situation qui m’avait poussé à fuir la ville, à les fuir.

« La plus belle. Tu m’as vraiment manqué mon petit lutin. Ça fait du bien de vous voir vraiment. » me dit-il tout en me lovant contre lui. Je ne manquais pas de me blottir contre lui, profitant de cet instant. Il m’avait tellement manqué aussi. Je serrai alors un peu plus l’étreinte avant même de lui déposer un nouveau bisou sur sa joue « Tu m’as manqué aussi mon frère. Je suis contente de te retrouver, de tous vous retrouver d’ailleurs. » Me laissant ensuite l’opportunité de rejoindre Emmett, je m’avançai donc vers lui le serrant fortement dans mes bras « Merci ma Lilice. Je suis heureux de te voir aussi » me dit-il. Je pris alors sa main, la serrant dans la mienne accompagnant ce geste d’un petit clin d’œil. Nous avions eu des discordes, et pourtant, je ne souhaitais plus lui en tenir rancœur. Après tout, nous étions certainement là pour nous retrouver, tous, les uns les autres non ? Alors enterrons la hache de guerre et faisons-en sorte de passer une bonne soirée ensemble.

Je m’installais donc non loin des jeunes hommes déjà présents, trépignant d’impatience de découvrir la suite des évènements. Laissant mes yeux se posées sur l’ensemble de cette maison, j’essayais tant bien que mal de déceler un petit détail dans le but de me laisser entrevoir ce qu’Edward nous avait concocté. J’avais toujours eu pour habitude de préparer moi-même les surprises, de gâter mes proches et à vrai dire, Edward avait pris le relai depuis quelques temps, prêt à tout pour réunir notre famille et je pense qu’il était le seul à vraiment réussir. Il mettait tellement corps et âme dans tout ça que ça en était toujours grandiose. Et par la même occasion, il savait pleinement dissimuler ses préparatifs. J’avais beau cherché, je ne voyais rien de bien changeant. C’est alors las de recherches que j’optais alors pour la patience à mon plus grand regret. Celle-ci se fit rapidement détourner à l’entrée de Bella dans la villa. Ma Bella, ma meilleure amie. Elle était là et j’étais tellement heureuse de la voir. Mon sourire se dessina instinctivement sur mes lèvres, mes yeux captivaient par ce petit bout de femme qui sautillait dans la maison. Un élan de Bonheur qui ne me manqua pas de me faire rire d’ailleurs. Elle se précipita rapidement vers moi, ne manquant pas de l’attraper dans mes bras et de la serrer du plus fort que je le pouvais. « Tu es toujours là… » me dit-elle. Ses paroles ne manquèrent pas de me nouer la gorge, consciente du mal que j’avais certainement dû lui faire en fuyant. Je la serrai un peu plus contre moi, embrassant tendrement sa joue « Je suis toujours là, oui. Et je le serai toujours, crois-moi. Je suis revenue pour de bon ma Bella. »

Elle se fit rapidement suivre par Carlisle et Esmée. Je fus vraiment heureuse de les savoir près de nous ce soir. Je savais qu’ils avaient souffert de tout ça, de toutes ces situations, de toutes ces querelles familiales. Il n’avait rien demandé et pourtant, ils avaient été initiés au creux de nos problèmes bien plus souvent que nous l’aurions certainement souhaité. Je les attrapais alors dans mes bras, honteuse de ce que j’avais fait et pourtant tellement fière de pouvoir me retrouver devant eux ce soir. Je ne déposai un tendre baiser sur leur joue à chacun, restant silencieuse. Je pense que je les respecterai plus de cette façon. J’en avais peut-être assez fait ces derniers temps pour oser en rajouter. Je restais donc près d’eux pendant quelques temps, gardant un bon moment la main de notre maman, dans la mienne puis finit par la laisser saluer le reste de la famille. « Ça me plaisir de vous voir, sachez-le. » dit-il suivi de près par Esmée qui rajouta « Ravie que vous soyez tous là ! ». Je les regardais, essayant de maintenir cette petite émotion qui se présentait non loin de mes yeux. J’inspirais et je soufflais le plus profondément possible, dans le but de la faire disparaître et profiter pleinement de ce moment.

Puis, l’intérieur de moi s’emballa plus rapidement que je ne l’aurais cru en sentant l’odeur de cette personne qui venait d’entrée à son tour dans la villa : Jasper. Je ne savais plus vraiment comment aller se passer cette soirée et pourtant, j’étais prête à me laisser « insulter » à nouveau pour que tous, puisse passer une bonne soirée en sa compagnie, en notre compagnie. Je ne manquais pas de voir la colère de Jasper apparaître quand il me vit dans les bras d’Emmett quelques minutes plus tôt. Rapidement, je m’approchais donc de lui, attrapant sa main, afin qu’il puisse fixer mon regard « Il s’agit d’Emmett, notre frère à tous les deux. Calme toi Jasper et fais-moi confiance… » dis-je dans un murmure, évitant alors d’angoisser le reste de la famille ou de les alerter à peine à notre arrivée. « Ou tout du moins, essaie de faire ce que tu peux pour me croire. Je vais t’aider. Je suis déjà contente de te savoir ici, parmi nous. Tu vas t’en sortir, ça va aller. » ajoutais-je en prenant timidement sa main dans la mienne, me postant à ses côtés, en voyant la famille arriver en notre direction. Je le laissais alors saluer l’ensemble des membres de la famille tandis qu’Edward en profiter pour lui présenter chaque personne déjà présente. Je ris à sa petite réplique concernant Nessie, ne manquant pas de déposer ma main sur l’épaule de Jasper pour le rassurer. Quand Nessie s’approcha, je la pris alors dans mes bras, déposant un tendre baiser dans ses cheveux, heureuse de la retrouver. « Ma Nièce, tu es tellement belle. Tu ressembles ta tante, tu le sais ça ? »

Puis, Rosalie fit son entrée « Je suis vraiment navrée, j’avais coupé mon téléphone. » dit-elle. Je ris à sa réplique, tout en m’approchant d’elle dans le but de lui attraper la main et de la faire tourner sur elle-même. « T’es magnifique ma sœur. »

(...) «  Si la famille veut bien me suivre à l’extérieur » ajouta-Edward dans le but de débuter la soirée qu’il avait préparé. Nous nous retrouvions alors, rapidement dans le jardin où un décor spectaculaire nous attendait. Je n’avais pas manqué d’emmener Jasper avec nous, essayant au maximum de le mettre à l’aise. Je lui chuchotais alors rapidement au creux de l’oreille « N’oublie pas que je suis là si besoin d’accord ? » puis, je lâchais cette dernière dans le but de le laisser libre de faire ce qu’il voulait. Je ne souhaitais pas le mettre mal à l’aise. Je me mis au centre du jardin, tournoyant sur moi-même dans le but d’admirer le fabuleux travail qu’il avait accompli. « Edward, c’est juste sublime, splendide magnifique ce que tu as fait seul ! Je vais devoir me méfier, tu deviens meilleure que ta sœurette mon cher » dis-je amusé, tapotant sur son épaule en riant.

Il se lança peu de temps plus tard, dans un magnifique discours nous déposant alors un magnifique bouquet dans les bras. Une larme tomba rapidement sur ma joue sans que je ne puisse m’en rendre compte. Je levais donc mon verre, envoyant un tendre baiser à mon frère puis ajouta tout en levant ma coupe « Je lève également mon verre à chacune de vous et notamment à Esmée pour sa patiente, son amour et son courage. Tu dois savoir que je t’aime, que nous t’aimons tous du plus profond de nous-même. Mais, je tenais également à le lever pour remercier Edward pour cette fabuleuse soirée qui commence. Merci pour tout ce que tu fais pour nous, tous. Je remercie Dieu de t’avoir mis sur notre route. Je ne pouvais pas rêver mieux comme frère. » dis-je en laissant mon verre se déposer contre chacun des autres. Puis, j’admirais l’audace qu’avais eu Emmett pour prononcer son discours, je pris alors sa main, la serrant dans la mienne pour le féliciter, laissant Rosalie lui répondre. Au fond de moi, j’étais contente de voir qu’elle acceptait le voyage avec lui. Elle avait raison, malgré tout le cadeau était peut-être trop tôt pour elle. Il était important pour elle de prendre son temps. Je m’approchais rapidement d’elle, caressant ses cheveux entre mes doigts, puis colla ma tête contre la sienne pour lui montrer ma compassion. Je savais qu’elle n’était pas aussi tactile que je ne pouvais l’être, mais pourtant j’apprécier réellement lui montrer mon amour. Je déposais donc mon verre contre le sien avant de lui donner un petit coup de fesse dans le but de la distraire de ses pensées péjoratives. Il fallait qu’elle puisse profiter de cette soirée à son tour et je comptais bien l’y aider. [/list]

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A lost heart.
Chaque personne que l'on s'autorise à aimer, est quelqu'un que l'on prend le risque de perdre. Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois, ça fait encore plus mal de décrocher... •°¤ Mags.


>

descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Cullen Coven
Bonne fête Esmée


"Rien de plus normal Edward. Vous me tapez vraiment sur le système parfois, mais vous êtes ma famille. Notre famille. Tous autant que vous êtes."

Disant cela, mon regard croise celui de Emmett, dont la culpabilité transpire par chaque pore de sa peau. J'espère pouvoir faire table rase du passé aujourd'hui, mais s'il vous plait les garçons, donnez moi un coup de main! D'ailleurs, parlant de garçons, Jasper entre dans la pièce à notre suite, et je manque un pas dans sa direction avant de me rappeler des derniers évènements survenus en notre absence. Un de plus à ajouter à la liste que je me suis promis de bruler, donc n'en parlons plus. Même si j'aimerai que cela soit aussi simple pour lui.

"Jasper."

Je sais que la vague de méfiance qui me parcourt l'espace d'un instant n'est pas de mon fait, et mon regard vient croiser celui de mon fils cadet alors que je me contente de lui faire partager mon acceptation. Pour les vagues d'amour et d'inquiétude, il aura déjà de quoi faire avec la quasi totalité des nôtres. Je ne tiens pas à ce qu'il soit submergé d'émotion et prenne la fuite.

Nessie se joint bientôt à nous et je me contente de passer un bras autour de ses épaules, la serrant un instant. Oui, je suis heureux de les revoir tous, mais si je peux me permettre de faire une différence, je crois que c'est elle qui m'a le plus manqué, et pour laquelle je m'inquiète sans doute le plus. Elle qui s'est retrouvée prise dans la tourmente sans y être pour quoi que ce soit.

"Ça va toi? Tu sais où me trouver, si tu veux parler."

Si c'est presque murmuré, je n'ai cependant rien à cacher aux autres. La différence étant qu'eux ont eu un siècle pour apprendre à venir me voir au besoin. Et apparemment, cela n'a pas été si efficace que ça.

L'arrivée de Rose me fait relever la tête vers elle. Il y a un moment déjà que nos routes ne se sont pas croisées, et une fois que Edward a fini avec les présentations de Jasper, je viens la serrer dans mes bras à mon tour. Si elle n'est pas la plus tactile de mes filles, elle n'en est pas moins sincère qu'Alice, et voir un sourire éclairer son visage me fait vraiment plaisir. Même si j'ai pu remarquer le léger tiquement qu'elle a eu en croisant le regard d'Emmett. Ces deux là ont encore des choses à se dire.

Edward nous conduisant finalement dehors, je passe un bras autour des épaules d'Esmée, ma main venant envelopper son bras alors que Edward se charge du service. Quelque chose qu'on ne peut lui retirer? Il a fait les choses en grand, et je suis sur que même Alice a de quoi être bluffée!

Le discours d'Edward est juste magnifique, et je dépose un baiser dans les cheveux d'Esmée avant de la débarrasser de son verre et m'écarter d'un pas quand Edward la rejoint avec un bouquet pour lequel il vaut mieux être vampire pour avoir la force de le tenir dans ses bras. Je trinque à la suite d'Edward avant de me rapprocher d'Esmée pour lui glisser à l'oreille.

"Si j'avais su, je t'aurai offert plus d'une rose ce matin. S'en était presque ridicule!"

Je ris, sincèrement amusé et pas un brin offusqué, avant de la regarder avec l'air conspirateur d'un enfant qui prépare un mauvais coup et l'embrasser.

"Veut tu que je trouve un vase assez grand pour y déposer tout ça?"

Un seau serait probablement plus judicieux. Bien que Alice puis Emmett prenant la parole me fasse relever le regard dans leurs directions. J'ignore comment cela va se dérouler, mais j'espère du fond du cœur que cela finira bien, en fin de compte. Enfin, ils sont sans doute sur la bonne voie. Reste à Emmett à ne pas gaffer. Et aux filles de savoir faire preuve de patience.

"Me concernant. Emmett, Jasper. Je décide de faire table rase du passé. Bien que je n'oublie pas ce que vous avez enduré par la faute de ces deux idiots, Rose, Alice. Ce que je veux dire, c'est que j'aime notre famille telle qu'elle est. Forte et unie. Et je veux croire que malgré les hauts et les bas, nous saurons toujours nous retrouver." Je laisse un blanc volontaire avant de poursuivre. "Et si l'un de vous deux s'y risque de nouveau, vous pourriez découvrir le coté moins pacifique de ma personne. Entendu?"

Je croise les bras, m'offrant un air sévère qui se veut teinté de quelque chose de plus léger. L'idée n'est pas de plomber l'ambiance, ou menacer les énergumènes qui me servent de fils, mais de leur expliquer quand même que je ne compte pas que telle situation se reproduise de sitôt. On en a trop soufferts, tous autant que nous sommes. De plus, pour le coté pratique des choses, avec la menace des Volturis toujours présente au dessus de nos têtes, c'est un jeu auquel il vaut mieux ne pas jouer. Diviser pour mieux régner. Ils n'auraient eu qu'à récolter les miettes, si d'aventure ils s'étaient aventurés par ici.
AVENGEDINCHAINS

_________________
+we sloow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.




descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Trop de monde, trop de sentiments et surtout une odeur bien trop alléchante pour Jasper qui suivait du regard la seule mi-humaine de la pièce, ressentant une brûlure immense à la gorge. Mais il se savait en position inférieure face au nombre de Vampires présents. Et nul doute que le gros costaud qui avait pris dans ses bras celle qui prétendait être sa femme en finirait avec lui en moins de deux secondes. Alors, il se contentait de grogner doucement, à l'intention du costaud, sans vraiment faire attention au reste.

Ce n'est que lorsqu'un autre Vampire lui fit face, se présentant comme étant son frère Edward qu'il détourna son attention de la scène, en fixant l'autre, d'un air dubitatif. Même s'il ressentait du calme en lui, il n'était pas certain de pouvoir lui faire confiance. En réalité, la seule à qui il faisait confiance restait Alice et... Attendez, comment ça il l'avait entendu parler d'elle ?

- Comment ça tu m'as entendu ?

Il n'eut pas de réponse puisqu'Alice arriva d'ailleurs en ressentant certainement la tension émaner de lui, pour prendre sa main dans la sienne. Aussitôt, le blond ancra son regard dans celui de la brunette qui lui expliqua qu'il ne s'agissait que de leur frère et qu'il devait se calmer et lui faire confiance. Mais ça il le faisait déjà puisqu'il aurait pu sauter du haut d'une falaise pour elle, mais passons. Parce qu'elle avait tellement confiance en lui alors que lui n'avait aucune confiance en lui...

- Il y a trop de monde et...

Il se coupa instantanément lorsque la petite hybride arriva à leur hauteur, fixant sa carotide avec envie. D'autant que la remarque d'Edward concernant le fait qu'elle ne se mangeait pas ne l'aidait pas. Lorsque la gamine fut éloignée et que tout le monde fut invité à se rendre dans le jardin, Jasper inspira à fond une grande dose d'air frais, serrant, sans vraiment le réaliser, la main d'Alice dans la sienne. Et s'ils partaient tous les deux en faisant faux bond à cette famille étrange qu'il ne connaissait même pas ? Mais Alice avait tellement l'air à son aise ici qu'il n'osa pas faire la réflexion à voix haute. Cependant, sa frustration fut extrême lorsqu'elle lui lâcha la main, le laissant de nouveau seul.

Il lança donc un regard noir à Edward, lorsqu'il constata qu'Alice préférait sa présence à la sienne, avant de se retourner subitement en entendant son prénom. C'était celui qui prétendait être son père qui disait vouloir faire table rase du passé, avant de les avertir, lui et Emmett, que s'ils recommençaient il n'y aurait plus rien de pacifique. Il avait donc dû vraiment merdé. Du moins plus que ce qu'Alice lui avait avoué en le retrouvant quelques jours plus tôt. Il baissa donc la tête face au regard mi désapprobateur, mi rieur de Carlisle, ne voulant pas s'attirer les foudres aujourd'hui.

Il se dirigea donc à pas feutrés vers Alice, faisant un détour pour ne pas se retrouver trop proche de la petite hybride, sachant pertinemment qu'Edward ne rigolait pas quelques minutes auparavant lorsqu'il parlait de la manger. Arrivé à la hauteur de sa femme, il l'observa alors, essayant de s'imprégner de toutes ses émotions positives. Mais il était tellement sur ses gardes que cela ne fonctionnait pas...

- Je ne me sens pas à l'aise ici...

_________________

descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz




Bella & Famille

Je savourais chacune des marques d’amour que m’offrait Edward, et j’en aurais bien cherché davantage si Emmett et Alice n’avaient pas été là. Mon mari nous reconduisit à l’intérieur et je le suivis sans broncher, à la fois heureuse et dans l’appréhension de ce qui allait se passer. J’espérais que le plan d’Edward se déroulerait parfaitement, et que personne n’allait gâcher cette soirée. Je ne permettrais pas qu’Edward soit déçu. Carlisle et Esmée firent leur entrée, et je les accueillis avec un sourire tendre, qui s’agrandit en voyant la réaction de ma belle-mère. Il était vrai qu’elle n’avait rien mérité de tout ça, et je me sentais ridiculement coupable de l’avoir vue souffrir de la sorte sans rien pouvoir faire pour ses enfants. Ma main n’avait pas quitté celle d’Edward, et je sentis la légère pression qu’il exerça lorsqu’il répondit à son père. Puis il y eut une nouvelle odeur familière. Jasper, que je n’avais pas vu depuis que j’avais appris pour lui et Jane. J’avais l’impression que cela faisait une éternité. Au grognement qu’il adressa à Emmett et Alice, je compris que quelque chose n’allait pas. Et encore plus lorsque je vis Edward embrasser ma main avant de se diriger calmement vers lui pour… Se présenter ? D’accord, encore quelque chose dont je n’étais pas au courant… Jasper semblait avoir perdu la mémoire dans des conditions que je préférais ignorer, je n’avais aucune idée d’où il avait pu être durant tout ce temps. A entendre mon mari préciser, lorsque Renesmée fit son entrée, que c’était une hybride et qu’il n’avait pas le droit de l’attaquer, je me raidis lentement, restant silencieuse. Nessie fut accueillie par notre famille, puis par son père qui la dirigea vers moi, et je l’embrassai, la gardant près de moi dans un instinct de protection. Il y eut enfin Rosalie, qui fit son entrée, se croyant en retard. Je la rassurai d’un signe de tête lorsque nos regards se croisèrent. Je dus mettre de côté cette histoire d’amnésie de Jasper, sans pour autant baisser la garde. D’autant plus que s’il paniquait ou pire, et qu’il nous transmettait à tous ses sentiments, même mon bouclier ne pourrait rien pour notre famille. Je n’eus pas le temps de m’inquiéter davantage : Edward nous invitait à sortir tous ensemble dans le jardin. Sa main se glissa de nouveau dans la mienne pour nous attirer à l’extérieur. Puis en un éclair, un verre de champagne se retrouva dans nos mains. Cette idée farfelue me fit sourire, mais après tout pourquoi pas. Edward se lança ensuite dans un discours. Tout le monde était pendu à ses lèvres,  et surtout moi. Il avait ce don de captiver l’attention, et la mienne encore plus. Il porta un toast à Esmé, et ceux qui n’avaient pas compris savaient désormais : nous rendions hommage à cette mère qui nous portait à bout de bras depuis des années et qui nous gardait tous soudés comme jamais. Je lançai un regard à ma belle-mère avec un sourire plein de tendresse. Mais j’entendis mon prénom, et je fus tellement surprise que je dévisageai Edward, médusée. Comme à mon habitude, j’eus brièvement envie de me cacher dans un trou de souris. J’avais droit moi aussi à ma fête des mères, mais jamais je n’aurais cru être inclue dans les invités de marque de cette soirée. Je secouai la tête, faisant mine de lever les yeux au ciel, avant de sourire timidement à mon mari. Mais nous n’étions pas au bout de nos surprises : Edward disparut un instant derrière le buffet pour en ressortir avec un immense bouquet qu’il tendit à Esmée, qui disparut presque derrière l’amoncellement de fleurs. Edward avait vraiment vu les choses en grand. Ce n’était pas tout visiblement, puisque j’eus moi aussi mon bouquet. Je ne pus m’empêcher de murmurer un « Alors toi… » contre les lèvres de mon mari lorsqu’il m’embrassa. Il ne cesserait jamais de me surprendre, il me fallait l’admettre. Ma fille et mes sœurs eurent elles aussi leurs fleurs. Je levai mon verre, tenant mon bouquet dans mon autre main, en même temps que le reste de ma famille. Je ne perdais cependant pas de vue Jasper. Mais Alice s’exprima à son tour, et j’en fus tellement émue que j’aurais pleuré si ma condition l’avait permis. Lorsqu’elle remercia Edward pour ses efforts, je levai mon verre vers lui avec un regard reconnaissant. Emmett voulut prendre la parole lui aussi. Ces mots, que je n’aurais jamais cru entendre venir de cette armoire à glace, me touchèrent, et je regardai Rosalie, espérant qu’elle était touchée elle aussi. Je me mettais à la place des deux, il n’y avait pas de doute quant au fait qu’Emmett s’en voulait terriblement et ne voulait que le pardon de Rosalie, mais il paraissait insurmontable d’oublier ce qu’il avait fait, aussi nous savions tous qu’il allait falloir beaucoup de temps pour qu’elle pardonne son mari, c’était important. C’était déjà courageux de la part du brun de s’exprimer ainsi. Je me concentrai sur le reste de ma famille pour ne pas entendre ce que Rosalie lui répondit, par respect pour eux. C’est ensuite Carlisle qui mit en garde, à la fois sérieux et ironique, Jasper et Emmett, et je pense que nous étions tous d’accord avec lui sur le fait qu’il nous fallait rester unis à tout prix. Quant à moi, évidemment je restai un peu en retrait. Les discours, très peu pour moi, et encore plus lorsque tout le monde avant moi avait dit tout ce qu’il y avait à dire. Ils savaient tous que je les aimais et que j’étais là pour eux. Je profitai des quelques secondes où tout le monde était un peu occupé avec d’autres pour poser mon verre, et regarder ma fille, replaçant une mèche de cheveux cuivrés derrière son oreille. « Ça va aller, maintenant. » En tous cas, il y avait intérêt. Je savais que Renesmée avait elle aussi beaucoup souffert de voir notre famille se déchirer, elle qui était née au sein d’un clan aussi solide, rassemblés autour d’une seule et unique chose : elle. Je passai un bras autour de ses épaules et embrassai sa tempe. J’étais très heureuse qu’elle ait Jacob dans sa vie, pour la soutenir quand nous ne lui suffisions plus. Il allait falloir que j’aille lui rendre visite, d’ailleurs. Je ne l’avais pas vu depuis des semaines, et il me manquait. Je tendis la main en direction d’Edward pour qu’il nous rejoigne, mon bouquet toujours dans ma main. « Alice a raison. Merci pour ça. Vraiment. » murmurai-je lorsqu’il fut près de nous, mon regard planté dans le sien.
BY .SOULMATES

_________________
But love doesn’t make sense.
And so the lion fell in love with the lamb… he murmured. I looked away, hiding my eyes as I thrilled to the word. What a stupid lamb, I sighed. What a sick, masochistic lion.

descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Les Cullen

Une fête mais pas n'importe laquelle


Edward nous présente tour à tour à Jasper. Il est perdu, il nous fait ressentir grâce à son don tout son mal-être, qu'il le veuille ou non et une fois de plus mon cœur de maman, en prend un coup, mais Alice m'avait expliquer la situation, alors je prends sur moi. Une fois Rosalie arrivée, Edward nous propose de le suivre vers l'extérieur. Le jardin est métamorphosé. Nous ne sommes partit que quelques heures pourtant et il a abattu un travail de titan. C'est magnifique! Il nous donne une coupe de champagne et commence un discours. J'ai les larmes aux yeux lorsqu'il évoque mon nom et durant toute la suite de son discours. je suis ravie qu'il soit tous là. Carlisle m'embrasse, puis prend ma coupe et je me retrouve avec un bouquet dans les mains, énormeeeeee. Je l'embrasse avant de le serrer dans mes bras avec ce qu'il me reste de place. Il s'en retourne vers sa femme et vers les filles pour qu'il a aussi des fleurs. Il est toujours aussi attentionné envers nous, c'est un amour. Nous trinquons et je lance un regard vers Carlisle qui ne sait plus ou se mettre avec sa rose.

- Je l'aime ta rose, moi! Oui je veux bien! Passer la soirée ainsi va être difficile! Tu crois que l'on a un vase assez grand? Il en faudrait au moins deux je pense, sans parler de celui des filles! Je l'embrasse sur la joue.

Il sait très bien que je n'ai pas besoin de tout ça pour me montrer que l'on m'aime, même si j'apprécie le geste d'Edward et je sais que cela représente beaucoup pour lui, je suis extrêmement touché par autant d'attention. Tous parlèrent les uns après les autres, mais les mots me manquaient pour un discours. Je ne pus que levé mon verre, une fois que j'ai pu déposé les fleurs et dire simplement ces quelques mots :

- Je vous aime tous tellement! Et ceux quoi que vous fassiez, j'en ai bien peur!  

Oui ils étaient mes enfants, si ce n'est par le sang, au moins de cœur et cela valait tout l'or du monde à mes yeux. Mes deux imbéciles de fils avaient beau avoir fait souffrir mes filles, ils restaient dans mon cœur à jamais et je n'y pouvais rien, même si je leur en ai voulu un temps d'avoir agit ainsi et d'avoir été extrêmement peinait pour les filles.

Mon regard se pose sur le bracelet que je porte au poignet. Je ne cesserait jamais de penser à lui non plus, d'autant moins en ce jour particulier. Il devrait être à mes côtés, mais le destin en a décidé autrement et lorsque je l'ai sous les yeux, il me faut un petit moment pour m'en décoller.

AVENGEDINCHAINS

_________________
† “L’amour est emportement L’amour est enthousiasme L’amour est risque.”



descriptionRe: Une fête, mais pas n'importe laquelle. {Cullens}

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum